Après plusieurs mois de lutte contre le réseau social, ces dernières semaines, les États-Unis semblaient bien occupés et l’administration Trump aurait même pu laisser croire qu’elle avait oublié le dossier TikTok. En effet, l’application aurait dû être bannie le 14 novembre, selon le décret signé par le Président américain le 14 août dernier. Ce document laissait à l’application un délai de 90 jours pour trouver un acheteur, sans quoi elle serait bannie des États-Unis. Finalement, TikTok dispose désormais, comme le rapporte Engadget, de deux semaines supplémentaires pour restructurer ses actifs internationaux.

TikTok demande un délai de 30 jours, et en obtient 15

Les tensions entre l’administration Trump et l’application chinoise TikTok durent depuis des mois maintenant. Après avoir été dans le viseur de l’US Navy, l’application a été bannie par l’ensemble des armées américaines. Cela n’a en rien empêché l’ascension spectaculaire de l’application aux États-Unis. Mais, cela n’a rien changé aux tensions présentes entre les deux parties, puisque les États-Unis reprochaient notamment à TikTok d’être au service du gouvernement chinois, et l’accusaient d’espionnage. Cela avait d’ailleurs poussé l’administration Trump à envisager l’interdiction de TikTok sur le territoire américain, dès août dernier.

Aujourd’hui, cette interdiction est toujours à l’ordre du jour mais est retardée. En effet, en août, TikTok bénéficiait d’un délai de 90 jours pour être vendue, sans quoi l’application serait officiellement bannie. La semaine passée, TikTok a demandé un délai supplémentaire de 30 jours. Le comité gouvernemental chargé des investissements étrangers, le CFIUS, lui a finalement accordé 15 jours, soit jusqu’au 27 novembre prochain.

Deux semaines pour finaliser un accord final ?

Ces derniers mois, TikTok a échangé avec plusieurs entreprises pour un éventuel rachat de ses activités. Il y a tout d’abord Microsoft, Twitter, puis l’indien Reliance, avant les pourparlers avec Oracle. Ces derniers devaient même aboutir, au grand malheur de Microsoft. L’accord entre Oracle et TikTok devait même être signé en septembre dernier, mais les choses semblent compliquées entre les deux parties. En effet, les deux sociétés ont des discours contradictoires. Tandis que TikTok indique garder la majorité des parts, autrement dit 80%, Oracle dit le contraire.

L’application chinoise dispose désormais de deux semaines pour conclure ses plans. Cela risque d’être compliqué puisque la Chine souhaite que les algorithmes de l’application restent la propriété de Bytedance, alors même que cela est une condition des États-Unis : le code de l’application doit être réécrit et stocké aux USA. Il faudra désormais attendre le 27 novembre pour connaître la suite de l’affaire, à moins d’un énième rebondissement d’ici là !