Le 31 juillet 2020 au soir, Donald Trump a déclaré qu’il était sur le point de bannir TikTok aux États-Unis, et qu’il pourrait le faire dès ce samedi. L’application chinoise est dans la ligne de mire du gouvernement américain depuis plusieurs semaines déjà, mais ce dernier peut-il aller au bout ?

Les États-Unis en passe de mettre leur menace à exécution ?

L’escalade entre les États-Unis et la Chine a des répercussions bien au-delà de la géopolitique. À tel point que Donald Trump, alors qu’il se trouvait à bord de son avion Air Force One de retour d’un voyage pour collecter des fonds en Floride, a affirmé : « En ce qui concerne TikTok, nous l’interdisons aux États-Unis ». Il a par ailleurs déclaré être en mesure de bannir l’application en signant un décret présidentiel. Il semblerait que cela soit toutefois plus difficile, explique The Verge.

Si le président s’en prend à TikTok, c’est à cause de son lien avec la Chine. Le gouvernement américain craint en effet que l’application ne serve d’outil d’espionnage à l’Empire du Milieu, cela ayant notamment entraîné l’interdiction de l’application au sein de l’armée des États-Unis. À l’image d’autres géants chinois, comme Huawei et ZTE, les Américains considèrent TikTok et sa maison mère ByteDance comme une menace pour la sécurité nationale. Au début du mois de juillet déjà, le secrétaire d’État Mike Pompéo affirmait que le pays envisageait de bannir l’application de partage de vidéos.

Les États-Unis ne seraient pas le premier pays à en arriver là. L’Inde a récemment interdit TikTok sur son territoire en réponse à un conflit armé à la frontière sino-indienne.

TikTok se défend

Pour sa défense, TikTok déclare générer de nombreux emplois sur le sol américain, comme l’explique son porte-parole :

« Nous avons engagé près de 1 000 personnes dans notre équipe américaine rien que cette année, et nous sommes fiers d’en engager 10 000 autres à des postes très bien rémunérés dans l’ensemble des États-Unis. Notre fonds de création d’un milliard de dollars soutient les créateurs américains qui tirent leur subsistance de notre plateforme. Les données des utilisateurs de TikTok US sont stockées aux États-Unis, avec des contrôles stricts sur l’accès des employés. Les plus gros investisseurs de TikTok viennent des États-Unis. Nous nous sommes engagés à protéger la vie privée et la sécurité de nos utilisateurs, tout en continuant à travailler pour apporter de la joie aux familles et des carrières intéressantes à ceux qui créent sur notre plateforme”.

Il est vrai que le marché américain est une poule aux œufs d’or pour l’application chinoise : elle y a enregistré un taux de croissance de 375 % en seulement un an. Elle a d’ailleurs mobilisé un groupe de lobbyistes afin de faire pression sur le gouvernement des États-Unis… mais il semble que ce dernier fasse la sourde oreille.

Un timing curieux

Il lui reste peut-être une option. Un conseiller de Trump a en effet récemment affirmé que TikTok devait se détacher de la Chine, et donc de ByteDance, si elle voulait survivre aux États-Unis. De même, les déclarations tonitruantes du président interviennent quand le New York Times rapporte que Microsoft a de grandes chances de racheter TikTok… Difficile de dire si cela est dû au hasard.

La possible interdiction de TikTok ne fait pas l’unanimité outre-Atlantique. L’Union américaine pour les droits civils a ainsi déclaré dans un tweet que « L’interdiction d’une application comme TikTok, que des millions d’Américains utilisent pour communiquer entre eux, constitue un danger pour la liberté d’expression et est peu pratique sur le plan technologique ».