L’avenir de la très populaire application TikTok reste encore incertain aux États-Unis. La société est dans le collimateur de l’administration Trump à cause de sa maison mère, ByteDance, entreprise chinoise. Un conseiller de la Maison Blanche a émis, le 16 juillet, l’hypothèse, que l’application se détache du groupe chinois.

La solution de la dernière chance pour la survie de TikTok aux États-Unis ?

TikTok s'américanise à marche forcée depuis plusieurs mois maintenant : recrutement d’un PDG américain, Kevin Mayer, aucun modérateur chinois pour du contenu américain, un centre de transparence à Los Angeles... rien n’y fait. Les autorités américaines semblent extrêmement déterminées à vouloir se débarrasser de TikTok, ou plutôt de ses racines chinoises, ByteDance.

Dans une déclaration, le 16 juillet, Larry Kudlow, conseiller économique de Donald Trump, a expliqué n'avoir« pas encore pris de décision finale sur l'interdiction, mais comme cela a été signalé dans certains endroits, je pense que TikTok va se retirer de la holding qui est dirigée par la Chine et fonctionner comme une société indépendante ». Cette solution, le conseiller l’estime bien meilleure qu’interdire l’application.

Cette dernière est sous le feu de très sérieuses accusations d’espionnage en faveur de l’Empire du Milieu, des soupçons qui arrivent en plein cœur d’une guerre commerciale entre États-Unis et Chine. Et, pour couronner le tout, des utilisateurs de TikTok s’en seraient servis pour saboter un événement de la campagne présidentielle de Donald Trump, en réservant un grand nombre de billets pour laisser ensuite les places vides.

ByteDance en mauvaise posture en cas de vente forcée

ByteDance tente de mettre les chances de son côté en mobilisant une armée de 35 lobbyistes pour convaincre l’administration, mais cela semble peine perdue, face à l'obstination des politiques américains. Pour éviter un scénario à l’indienne, à savoir l’interdiction pure et simple de TikTok, l’entreprise chinoise pourrait envisager de vendre son joyau. La situation de ByteDance serait assez inconfortable en cas de vente contrainte par les mesures de rétorsion américaine, cependant ce n’est pas la première fois que l’idée est émise.

Fin 2019, début 2020, une rumeur persistante, démentie par l’entreprise chinoise, évoquait la vente de l’application. L'épilogue de cet interminable bras de fer entre TikTok, adoré par les plus jeunes, et l’administration américaine pourrait intervenir dans les prochaines semaines.