En Inde, l’application rivale de TikTok, Roposo, continue son ascension fulgurante. Elle enregistre désormais 500 000 nouveaux utilisateurs par heure, et s’attend à en obtenir 100 millions d’ici la fin du mois de juillet 2020, rapporte le média Bloomberg.

Roposo est inarrêtable

Ces chiffres impressionnants sont loin d’être dus au hasard. Fin juin, l’Inde a en effet décidé de bannir 59 applications chinoises en réponse à un conflit armé entre les deux pays et entraînant la mort de 20 Indiens. Parmi ces applications, certaines appartenaient à des mastodontes tels qu’Alibaba, Tencent ou encore ByteDance. TikTok a ainsi disparu du marché indien alors qu’elle y enregistrait pas moins de 200 millions d’utilisateurs.

Une semaine après seulement, Roposo, plateforme proposant des fonctionnalités similaires à celles du géant chinois, a gagné quelques 22 millions d’utilisateurs supplémentaires en 48 heures. Avec ses 500 000 nouvelles inscriptions par heure actuellement, Roposo est en passe d’atteindre les 100 millions d’utilisateurs. Pourtant, l’application n’en comptait « que » 55 millions avant l’interdiction de TikTok.

Pour Naveen Tawari, le fondateur de la startup qui a créé Roposo baptisée InMobi, le vide créé par la suppression des applis chinoises est une véritable aubaine pour le fleuron de la tech indienne, et il voit un très bel avenir pour son produit : « Ce fut un véritable coup de tonnerre pour les startups du pays. Nous avons la chance de devenir le quatrième pôle technologique du monde après les États-Unis, la Chine et la Russie ». Désormais, Roposo collabore avec des célébrités et des influenceurs tout en travaillant sur de nouveaux contenus ainsi que sur l’ajout de filtres basés sur la culture indienne.

Une aubaine pour l’Inde

Le marché indien ne compte pas moins de 500 millions d’internautes, et ces derniers se tournent désormais vers les applications locales. Par exemple, Chingari, une application de vidéo développée à Bangalore, possède désormais 17,5 millions d’utilisateurs contre 3,5 millions avant l’interdiction des applications chinoises. Ces répercussions s’observent sur d’autres logiciels indiens et fait croître ce domaine de manière significative dans le pays.

De son côté, TikTok assure vouloir respecter les conditions de la législation indienne… mais il est difficile de dire si le gouvernement réautorisera les 59 applications dans son pays, surtout lorsque l’on observe les bénéfices importants que cette mesure engendre pour ses startups.