Microsoft pourrait bien avoir de la concurrence. Selon les informations du Financial Times, l’entreprise américaine Oracle serait entrée en négociations pour acquérir la branche américaine de TikTok, mais pas seulement. La firme souhaiterait également mettre la main sur les activités du réseau social en Nouvelle-Zélande, en Australie et au Canada.

Oracle se montre intéressé par l’acquisition de TikTok

Alors que Donald Trump a récemment signé un nouveau décret donnant à TikTok 90 jours pour trouver un acheteur, on apprend aujourd’hui que la firme américaine Oracle serait intéressée par l’acquisition du réseau social chinois. Les négociations auraient d’ailleurs déjà débuté puisque Larry Ellison, PDG de la firme, se serait entretenu avec ByteDance, maison-mère de TikTok. Son souhait serait non seulement d’acquérir les activités américaines du réseau social, mais aussi celles de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie ainsi que du Canada.

Pour Oracle, qui ne possède pour l’heure aucune entreprise dans les médias sociaux, cette acquisition pourrait être une nouvelle voie de croissance porteuse. De fait, au cours du quatrième trimestre fiscal, les revenus de la firme américaine ont baissé de 6% pour atteindre 10,4 milliards de dollars. En raison de cette chute, Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud qui dominent désormais le marché du cloud computing. L’heure semble donc être à la nouveauté pour Oracle, et TikTok semble être un point d’entrée tout trouvé pour permettre à l’entreprise de s’engager dans un nouveau domaine.

Un concurrent sérieux pour Microsoft

Pour Microsoft, qui a été le premier à s’être montré intéressé par l’acquisition du réseau social, Oracle représente le premier concurrent sérieux quant à ce rachat. En effet, si Twitter avait lui aussi montré son intérêt, il n’était pas en position de force en comparaison de la firme fondée par Bill Gates.

Oracle, en revanche, a bien plus d’atouts dans sa manche. Le premier d’entre eux étant qu’il travaille avec des sociétés de capital-risque américaines, dont General Atlantic et Sequoia Capital, qui ont déjà une participation dans TikTok. Aussi, Larry Ellison a depuis longtemps exprimé son soutien à Donald Trump et à sa politique : « Je ne pense pas qu’il soit le diable – je le soutiens et je veux qu’il réussisse« , déclarait le PDG d’Oracle lors d’une interview accordée à Forbes en avril 2020. En début d’année, ce dernier a également organisé une campagne de collecte de fonds pour le président américain.

Cette position pourrait bien permettre à Oracle de s’attirer le soutien de la Maison Blanche quant au rachat de TikTok. Un nouveau coup dur pour Microsoft, qui fait déjà face à de nombreuses difficultés dans le processus d’acquisition du réseau social chinois.