biométrie - Page 2 of 3 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

biométrie

Aujourd’hui si vous achetez une des dernières automobiles du marché il sera peut-être possible d’utiliser votre smartphone en guise de clé de contact. Hyundai est même sur le point de sortir un véhicule capable d’être déverrouillé grâce à votre empreinte digitale. Apple, comme à son habitude, cherche à pousser encore plus loin la technologie. 9to5Mac qui a partagé un brevet récemment déposé, explique que l’entreprise dirigée par Tim Cook travaillerait sur un système de déverrouillage par le biais de la biométrie. Sur ce brevet, intitulé, « System and Method for Vehicle Authorization », on y trouve la description d’une technologie d’authentification biométrique permettant l’utilisation de Face ID pour sécuriser les voitures. Plus techniquement, ce processus pourrait permettre de créer plusieurs comptes utilisateurs pour un seul véhicule. Ces comptes devraient être paramétrables, notamment pour ce qui concerne la musique, le positionnement du siège ou encore la climatisation. Un brevet pas tellement actuel.…

Alors que l’IA est désormais capable de déterminer le risque criminel d’un individu, les nouvelles technologies continuent d’investir les prisons américaines. La population carcérale des États-Unis s’est vue livrée à un drôle d’exercice ces derniers jours. Les prisons du pays sont en train de constituer des base de données biométriques composées des empreintes vocales des prisonniers selon The Intercept. Les preuves de ces enregistrements proviennent de documents officiels du système pénitentiaire de l’État de New-York. Mais ce n’est pas tout, des responsables en Floride, au Texas ou encore en Arizona ont confirmé que les prisons utilisent la technologie de reconnaissance vocale pour créer des signatures biométriques. Officiellement, l’intégration de ces nouvelles technologies doit servir à améliorer la sécurité et à lutter contre la fraude en prison. La création d’une base de données composée d’empreintes vocales a vu le jour grâce à des financements publics, alloués par le ministère de la Défense américain.…

Dans un pays où la biométrie est utilisée en permanence pour surveiller les habitants, les entreprises privées ne suivent pas forcément. Xiaomi vient tout juste de lancer les lecteurs d’empreinte digitale comme moyen de déverrouillage sur ses smartphones. Cependant, le BATX chinois compte bien rattraper son retard. En effet, l’entreprise va proposer de nouvelles fonctionnalités pour exploiter ce système, relate Lin Bin, président de Weibo. Une surface permettant de déverrouiller ultra rapidement Avec le nouveau dispositif développé par Xiaomi, l’ensemble de votre écran aura une fonction de lecteur d’empreintes. Par conséquent, vous n’aurez plus à tâtonner dans le noir pour déverrouiller votre téléphone de bon matin. Cette fonction a été rendue possible grâce à la mise en place d’une surface active de 25 par 50 mm. Par ailleurs, selon la vidéo de Lin, une simple pression suffira pour ouvrir le téléphone. Une idée partagée par ses concurrents chinois Xiaomi n’a…

Dans une dizaine d’écoles de la province de Guizhou en Chine, les élèves sont traqués en temps réel grâce à des uniformes connectés. Comme le rapporte Global Times, certaines écoles auraient mis en place cet uniforme depuis 2016. L’objectif étant de réduire l’absentéisme en classe, mais également «mettre pleinement en œuvre la politique de l’Etat consistant à construire activement des campus intelligents et une gestion intelligente de l’éducation pour le développement de l’éducation. » Une annonce qui ne semble pas si étonnante, lorsqu’on sait qu’en Chine la technologie est utilisée pour surveiller et contrôler les moindres faits et gestes de la population. On peut par exemple penser aux personnes ayant un véhicule électrique qui sont suivis par le gouvernement ou encore au jeu Honor of Kings qui utilise la reconnaissance faciale pour vérifier l’âge des joueurs afin de limiter le temps d’utilisation de ces derniers. Lorsque les élèves entrent dans…

Le journaliste de Forbes, Thomas Brewster, a effectué un test afin de découvrir si une tête imprimée en 3D pouvait déverrouiller son smartphone. Il a réalisé son expérience en se basant sur quatre modèles Android et un iPhone X. Résultat : mauvaise nouvelle pour les utilisateurs Android. Ces smartphones ne font pas la différence entre un vrai et un faux visage. En outre, la fiabilité quant à la construction d’objets via une imprimante 3D est très élevée, notons qu’elle peut également réaliser des maisons solides en seulement 24h et bien d’autres choses. Il faut savoir que les constructeurs de mobiles se basent sur la rapidité pour favoriser l’ergonomie. En effet, lorsqu’un utilisateur déverrouille son smartphone une dizaine de fois par jour, l’utilisation d’un code est vite dépassée. C’est pour cela que des systèmes comme l’empreinte digitale ou la reconnaissance faciale ont été mises au point. Toutefois, comme dans ce cas…

La technologie peut réserver quelques surprises. Le système de reconnaissance faciale chinois a réalisé une erreur d’identification au dépens de la plus puissante femme d’affaires chinoise, Dong Mingzhu. La scène a eu lieu dans la province du Zhejiang, au sud de Shanghai, dans la ville de Ningbo. Alors qu’un bus de la ville franchissait un passage piéton, le système de reconnaissance faciale servant à afficher publiquement chaque piéton contrevenant a retransmis sur un écran géant le visage contenu dans l’affiche apposée au bus. Comme vous l’aurez surement compris, le système de surveillance a confondu le visage de la publicité avec un piéton traversant. Cette erreur aurait pu passer inaperçue, si des piétons n’y avait pas prêté attention. Amusés par cette dernière, ils ont alors diffusé sur le Microblogging chinois Weibo, la photo de l’écran géant affichant le visage de la femme d’affaires identifiée par erreur. La police locale a rapidement admis son…

C’est officiel, les indiens n’auront bientôt plus besoin de papiers d’identité pour prendre l’avion. Selon le Times of India, le gouvernement a décidé de généraliser la reconnaissance faciale comme moyen d’identification dans les aéroports. Une mesure qui devrait permettre aux voyageurs ayant oublié leurs papiers de pouvoir embarquer, mais aussi de fluidifier le trafic. Un commencement en crescendo. Les premiers aéroports touchés par la mesure seront ceux de Varanasi, Pune, Vijayawada, et Calcutta. La reconnaissance faciale y sera disponible d’ici six mois. Ensuite, le système sera généralisé à Mumbai et Delhi, puis les autres villes devraient rapidement suivre. Cependant, cette généralisation n’implique aucune obligation, la reconnaissance faciale sera une option. Aucune chance, donc, de voir émerger un projet de reconnaissance similaire à celui de la Chine dans un futur proche. Pour pouvoir être identifiés à l’aéroport, les indiens devront s’enregistrer avec une pièce d’identité sur l’un des sites du ministère…