Au sein même de l'Union européenne, il existe de grandes disparités entre les pays qui ont développé un portefeuille numérique et ceux qui ne l'ont pas fait. La France ne propose pas encore de service d'identité numérique à ses citoyens, même si le portail France Connect est un premier pas vers cet objectif. Pour remédier à cela, Margrethe Vestager et Thierry Breton ont présenté le 2 juin 2021 une proposition pour mettre en place un portefeuille européen d'identité numérique.

Un portefeuille européen d'identité numérique pour 2022

Si les portefeuilles numériques, ces systèmes qui vous permettent notamment de stocker votre carte bancaire virtuellement sur votre smartphone, sont déjà répandus, les systèmes d'identification sont plus rares. La Commission imagine un service numérique qui permettrait aux européens de s'identifier numériquement, de stocker et de gérer des données sensibles et des documents officiels. Les commissaires à l'origine de ce projet estiment pouvoir finaliser ces travaux d'ici septembre 2022.

Un premier modèle de carte nationale d'identité numérique verra le jour en France dans le courant de l'été 2021. Il serait temps... La France est l’un des cinq derniers États membres de l’Union européenne à ne pas disposer d’une carte d’identité sous un format électronique. Un système proche de celui proposé par la Commission européenne qui souhaite également que des éléments biométriques soit stockés, ainsi qu'une photo numérisée et des empreintes digitales. Côté européen, ce dispositif s'inscrit dans le règlement sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur (eIDAS).

Le niveau de sécurité des données doit être à la hauteur du projet

Avec un système d'identité numérique à échelle européenne, les habitants de l'Union pourront faire le lien entre leur identité numérique nationale et la preuve d'autres documents officiels, comme le permis de conduire, certains diplômes, la disposition d'un compte bancaire, ou même une prescription médicale. Tout cela depuis leur smartphone. Selon la Commission, le recours à ce portefeuille européen d'identité numérique sera accessible à tous mais nullement obligatoire.

Parce que des informations sensibles seront stockées au sein de ce portefeuille numérique, la Commission européenne va prévoir un niveau de sécurité élevé pour garantir la protection des données personnelles. Les commissaires à l'origine de cette proposition ont précisé que : "des normes, des spécifications techniques et les aspects opérationnels à même de garantir que les portefeuilles d'identité numérique des États membres présentent les niveaux de sécurité les plus élevés sont définis". Avant de voir le jour, cette proposition doit encore être approuvée par le Parlement européen et le Conseil.