Selon The Verge, Amazon vient d’étendre son système de paiement par paume de la main à d’autres de ses magasins aux États-Unis.

Baptisé Amazon One, il s’agit d’un système qui « simplifie votre journée, vous laissant plus de temps pour profiter des choses qui comptent », explique le géant de l’eCommerce. Présenté en octobre 2020, il est depuis installé dans les deux magasins Amazon Go de la firme se trouvant dans les alentours de Seattle, ville où se trouve son QG. Désormais, Amazon One est disponible dans le magasin 4-star basé à Lynewood, également situé dans l’État du Washington et sera, dans les prochaines semaines, implémenté dans l’Amazon Bookstore à Bellevue. Au total, 12 magasins physiques de l’entreprise intègreront la technologie prochainement.

Pour Amazon, le paiement via la paume est fiable et pratique, car « il n'y a pas deux paumes qui se ressemblent et les caractéristiques de votre paume changent peu avec le temps, ce qui la rend unique pour vous et vous seul ». Ainsi, l’appareil capture les détails de la main grâce à « un processus d'imagerie propriétaire et des algorithmes de vision par ordinateur ». Il immortalise ses lignes et ses crêtes, mais aussi des caractéristiques sous-cutanées comme les veines, pour créer la signature palmaire.

Cette méthode de paiement permet d’éviter les vols, assure Amazon, en plus d’être très pratique car les clients n’ont plus besoin d’apporter leurs cartes de crédit. Les données récoltées par Amazon pour le bon fonctionnement du système sont conservées dans le cloud, ce qui fait émaner plusieurs craintes, notamment quant à l’utilisation de ces dernières par la firme. Les données sont par ailleurs menacées par les hackers, ou peuvent être plus accessibles à des tiers intéressés comme le gouvernement. « La confiance du client est notre priorité absolue. Nous traitons votre signature palmaire comme toute autre donnée personnelle hautement sensible et la gardons en sécurité grâce à des contrôles de sécurité techniques et physiques de premier ordre », assure néanmoins Amazon.

Si pour le moment, la technologie n’est disponible que dans les magasins physiques d’Amazon, la société espère, à terme, la commercialiser auprès d’autres enseignes. En effet, sur son site Internet, elle enjoint les entreprises tierces à la contacter si elles sont intéressées.