Alors que des milliards de personnes à travers le monde portent désormais des masques au quotidien pour se protéger du coronavirus, les systèmes de reconnaissance faciale traditionnels peinent à opérer. La firme japonaise NEC affirme néanmoins avoir réussi à créer un nouveau système de reconnaissance faciale pour lequel le masque n'est pas un problème, rapporte Reuters.

NEC présente son nouveau système de reconnaissance

Au Japon, les habitants n'ont pas attendu la crise sanitaire de Covid-19 pour porter des masques. Au contraire, pour les citoyens du pays du soleil levant, c'était même une habitude installée depuis longtemps dans leur quotidien, et notamment en cas d'allergies. C'est pourquoi l'entreprise NEC travaillait depuis un certain temps déjà au développement d'un système de reconnaissance faciale capable d'identifier des individus, même lorsque ces derniers portent des masques.

Mission réussie. Depuis le mois d'octobre 2020, la firme japonaise commercialise son système de reconnaissance faciale à l'épreuve des masques, qu'elle promet fiable à 99,9%. Pour opérer, le système détermine d'abord si un individu porte un masque ou non. Si tel est le cas, il se concentre alors sur les parties du visage non-couvertes (telles que les yeux) pour vérifier l'identité de la personne analysée. Notons que pour que l'outil puisse fonctionner, il faut que l'utilisateur ait préalablement enregistré une photo de son visage au sein de celui-ci.

Interrogé par nos confrères de Reuters, Shinya Takashima, directeur adjoint de la division des plates-formes numériques de NEC, a expliqué : "Les besoins pour une telle technologie ont augmenté considérablement en raison du contexte généré par le coronavirus. Nous avons donc décidé d'introduire cette technologie sur le marché".

Pour l'heure, ce système de reconnaissance faciale développé par NEC peut être utilisé aux portes de sécurité d'immeubles, de bureaux, et autres installations de ce type. Les compagnies aériennes Lufthansa et Swiss International Airlines se le seraient d'ailleurs déjà procuré. Précisons également que la firme japonaise est actuellement en train de tester sa technologie pour les paiements automatisés dans un magasin de Tokyo.

Un système plus respectueux des règles sanitaires ?

Pour Shinya Takashima, la reconnaissance faciale présente plusieurs avantages. D'abord, elle ne nécessite aucun matériel physique que l'on pourrait perdre, puisque le visage même de l'utilisateur est la clé de sécurité. Ensuite, à l'heure de la Covid-19, c'est une technologie qui ne nécessite aucun contact, ce qui la rend plus respectueuse des règles sanitaires et qui, par conséquence, permet de limiter les contaminations.

À l'heure actuelle, NEC n'a pas souhaité communiquer le prix de son système. En revanche, l'entreprise affirme viser un chiffre d'affaires de 100 milliards de yens (soit environ 970 millions de dollars) en 2021, en partie grâce à ses activités dans la biométrie et l'analyse vidéo.