reconnaissance faciale : toute l'actualité sur siecledigital.fr

reconnaissance faciale

South China Morning Post, quotidien publié à Hong-Kong appartenant au dirigeant d’Albibaba Jack Ma depuis 2016, a publié son rapport sur l’internet chinois en 2019, en partenariat avec Abacus (site basé à Hong-Kong, consacré à l’industrie technologique chinoise, lancé par The Post Journal de New York). Ce rapport a pour objectif de donner un large aperçu de l’évolution des technologies innovantes et compétitives qui placent désormais la Chine au devant de la scène. Le document fait part également des tendances qui façonneront l’avenir de ce pays qui représente aujourd’hui la plus « grande communauté internet au monde ». L’internet en Chine Comme le rapporte l’étude, environ 60 % de la population chinoise, a accès à internet, soit plus de 800 millions de personnes. À titre de comparaison, les États Unis comptent pratiquement 300 millions d’usagers internet, soit pas loin de 90 % de la population américaine. Ces dix dernières années…

D’après le journal Bloomberg, la France se prépare à devenir le premier pays européen à utiliser la reconnaissance faciale pour ses services publics. Il suffira pour cela de créer un compte Alicem depuis son smartphone. L’utilisation de cette application n’est pas obligatoire pour le moment, mais elle entre dans un projet plus large, qui est celui de la dématérialisation administrative globale d’ici 2022. Certains organismes ont exprimé leurs réticences face à cette décision, car les utilisateurs de l’application n’auront pas d’autre d’alternative possible que l’identification par reconnaissance faciale. Le libre consentement sera donc ignoré. La reconnaissance faciale appliquée à l’accès aux services publics sur smartphone Le ministère de l’Intérieur a commandé le développement d’une application sur smartphone appelée Alicem (Authentification en ligne certifiée sur mobile). Celle-ci devait être mise en place pour Noël, elle sera finalement disponible en novembre, après une période de tests qui aura duré 6 mois. Le…

C’est officiel : la reconnaissance faciale ne sera plus utilisée par défaut, pour identifier l’un de vos amis sur une photo que vous posterez à l’avenir. Depuis 2017, le réseau social est capable de deviner le nom d’une personne sur une photo. Vous l’aurez compris il n’y a rien de magique il s’agit simplement d’un outil de reconnaissance faciale. Désormais Facebook devra obtenir le consentement explicite de la part de ses utilisateurs pour activer ce paramètre. Plus de reconnaissance des visages par défaut De nombreuses plaintes ont été déposées depuis deux années déjà. C’est en grande partie pour cette raison que Facebook décide de cesser de numériser par défaut les visages, à partir des photos publiées. En revanche, le réseau social dit qu’il prévoit d’étendre l’accès à cette fonctionnalité à tous les utilisateurs, ce qui n’était pas le cas avant. Un consentement explicite sera nécessaire pour que son utilisation soit déclenchée.…

Rekognition rien que le nom fait peur. Créé par Amazon, ce logiciel de reconnaissance faciale a déjà beaucoup fait parler de lui. Utilisé par les autorités américaines, son usage n’est que très peu approuvé. L’entreprise fait aujourd’hui une annonce importante et explique que le système peut désormais détecter avec plus de précisions des émotions et est à présent en mesure de détecter la peur. Des améliorations inquiétantes Dans un bref communique l’entreprise de Jeff Bezos explique lancer des « améliorations de précision et de fonctionnalité pour nos capacités d’analyse faciale. » « Nous avons amélioré la précision de l’identification du sexe. De plus, nous avons amélioré la précision de la détection des émotions (« Joie », « Tristesse », « Colère », « Surprise », « Dégoût », « Calme » et « Confusion ») et ajouté une émotion, « Peur ». Enfin, nous avons amélioré la précision quant à l’estimation des tranches…

Alors que la reconnaissance faciale a le vent en poupe, notamment dans les aéroports, les citoyens américains n’ont pas dit leur dernier mot. Oakland est devenu la troisième ville américaine à promulguer l’interdiction de cette technologie ce mardi 16/07. La reconnaissance faciale ne s’affirmera visiblement pas aussi facilement dans les villes américaines que dans les villes chinoises. Après San Francisco en mai, puis Somerville (Massachusetts) le mois dernier, la ville d’Oakland, en Californie, a fait interdire l’utilisation de la reconnaissance faciale dans ses murs. La ville a adopté ce mardi une ordonnance qui interdit l’utilisation de la technologie au motif qu’elle est souvent inexacte, potentiellement envahissante, et car elle manque de normes. Une inquiétude claire La reconnaissance faciale pourrait servir à traquer avec beaucoup plus d’intensité les citoyens à l’avenir, et entraîner des dérives violentes. C’est précisément ce qu’a pointé la présidente du Conseil municipal, Rebecca Kaplan, dans une lettre…

Largement critiquée aux États-Unis, la reconnaissance faciale a même été bannie des rues de San Francisco. Dernièrement, le Washington Post a rajouté de l’huile sur le feu en dénonçant une pratique illégale de la part du FBI, et des douanes américaines (ICE). Ces institutions auraient, d’après le média américain, utilisé massivement les photos des permis de conduire pour entrainer son programme de reconnaissance faciale. Chaque état américain possède son propre organisme qui délivre les permis de conduire. L’enquête révélerait que 21 états auraient librement donné accès à la base des photos utilisées créer les permis. Évidemment, cette pratique est complètement illégale, puisqu’en aucun cas ces portraits ne sont destinés à cet usage. De plus, cette pratique n’est pas occasionnelle, à lui seul, le FBI effectuerait près de 4 000 recherches par mois. En théorie, il est complètement interdit à quiconque d’accéder à cette base de données, sauf en cas de…

La reconnaissance faciale gagne du terrain, en particulier dans les aéroports. Scandalisés par le fait que se soumettre à la reconnaissance faciale devienne une obligation pour embarquer sur un vol, les militants pour la vie privée du groupe « Fight for the Future » ont lancé AirlinePrivacy.com. Ce site permet de trouver les compagnies aériennes n’utilisant pas la reconnaissance faciale et de réserver des vols auprès de ces dernières. Ce n’est un secret pour personne, la reconnaissance faciale gagne du terrain partout à travers le monde, bien que de nombreux citoyens la voient comme un danger liberticide. Cependant, on entend beaucoup parler pour son utilisation croissante pour le contrôle des rues en Chine, ou même à Nice. Dans le même, sa démocratisation fulgurante dans les aéroports a bien moins d’écho. Pourtant, la reconnaissance faciale est présente, bien évidemment dans les aéroports de Chine, mais aussi dans ceux de l’Inde depuis…