reconnaissance faciale - Page 2 of 3 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

reconnaissance faciale

Satoshi Yoshihara, directeur de la division capteurs de Sony, s’est confié à Bloomberg la semaine dernière. Il a annoncé les plans d’augmentation de la production de puces de traitement d’image 3D, d’ici la fin de l’été 2019. Ceci lui permettant de répondre à la demande de plusieurs fabricants de smartphones, cette nouvelle technologie pourrait être utilisée à la manière de FaceID sur les prochains mobiles. Cette approche pour déverrouiller un téléphone est désormais présente sur les mobiles de nombreuses marques. Cependant, le capteur 3D que Sony imagine sera capable de déployer des impulsions lasers, tout comme les chauves-souris, créant ainsi un champ de profondeur de son environnement qui mesurera le temps que prend l’impulsion à rebondir. Selon le chef des capteurs de Sony, cela servira à avoir plus détails sur le visage de l’utilisateur pour une meilleure sécurité, notamment pour un Face ID mis à rude épreuve. Il ajoute que la…

C’est le média RollingStone qui révèle cette information. Lors de son concert au Rose Bowl de Californie en mai 2018, Taylor Swift pouvait compter sur la reconnaissance faciale pour éloigner ses stalkers. Un dispositif savamment camouflé identifiait le visage des spectateurs pour les comparer avec ses obsessionnels les plus connus. C’est un kiosque installé pour montrer les scènes les plus intéressantes des répétitions de la chanteuse qui a permis d’utiliser efficacement le système de biométrie. Les spectateurs s’amassaient fréquemment pour observer et une caméra secrète de reconnaissance faciale enregistrait alors leurs visages. Les données étaient ensuite transférées à un centre de commande à Nashville, où elles étaient croisées avec celle d’une base de données contenant les photos des stalkers de Taylor Swift connus à ce jour. On ne sait pas si la technologie a été utile ce soir là, mais elle devrait probablement se populariser chez un grand nombre de…

C’est officiel, dans un document datant du 26 novembre 2018, le département de la sécurité intérieure des États-Unis a annoncé son intention de développer la reconnaissance faciale aux abords de la maison blanche. Des tests ont lieu depuis la mi-novembre, et devraient perdurer jusqu’à la fin du mois d’août 2019. Le but, pouvoir reconnaitre les menaces potentielles avant qu’elles ne s’approchent du président. Dans sa version actuelle, le dispositif possède une base de données constituée de volontaires parmi les employés de la maison blanche. Lorsque les caméras à reconnaissance faciale identifient qu’une personne se rapprochant du lieu de travail du président à un profil similaire à ceux parmi la base de données, elle enregistre et transmet la séquence à une personne humaine. Cette dernière doit alors confirmer la ressemblance, dans le cas contraire, la vidéo est supprimée. Le département de la sécurité intérieure reçoit régulièrement des photos de criminels. Avec…

Malgré les réactions négatives que suscite ce contrat, Amazon a annoncé qu’il continuera bien à vendre son application de reconnaissances faciales appelée « Rekognition » aux forces de l’ordre et aux services d’immigrations américains. Lors d’une assemblée tenue  jeudi dernier, Andy Jassy, le directeur des Services Web d’Amazon s’est exprimé sur les critiques internes de ce programme. Il a notamment déclaré qu’il était totalement normal qu’avec plus de 5000 employés, les opinions divergent concernant l’utilisation d’Amazon Rekognition. Andy Jassy n’a pour autant laissé entrevoir aucun changement de stratégie. Ce service lancé fin 2016, fait depuis son arrivée, débat au sein des employés et actionnaires de l’entreprise comme des associations de défense des droits de l’Homme. En Mai 2018, une lettre ouverte signée par de nombreuses associations et organisations américaines de protection des libertés civiles avait exhorté Jeff Bezos à abandonner son projet Rekognition. En juin 2018, une vingtaine d’actionnaires avaient adressé à…

Pour la toute première fois de son histoire, le Bureau Fédéral d’Enquêtes des États-Unis (FBI) vient d’utiliser la fonctionnalité FaceID pour déverrouiller l’iPhone X d’un suspect. Grant Michalski, le suspect en question, a été forcé à débloquer son iPhone avec son visage le 10 août dernier. Ce résident de l’Ohio était suspecté de posséder de la pédopornographie sur son smartphone. Après avoir réussi à déverrouiller le téléphone, l’agent David Knight découvre des conversations sur l’application Kik au sujet de l’abus de mineurs. Michalski avait déjà été piégé par un agent d’infiltration présent sur Kik. Lors de cette conversation, l’agent se faisait passer pour un père intéressé par les relations sexuelles avec des enfants. Pour aggraver son cas, des échanges de mails avec un certain William Weekley, ont aussi été saisis. Ces mails étaient remplis de termes en rapport avec l’inceste et encore une fois les relations sexuelles avec des mineurs.…

Le Japon s’apprête à accueillir dans deux ans, les Jeux Olympiques d’été et pour la première fois dans l’histoire des JO, la reconnaissance faciale sera utilisée. NEC a annoncé fournir un système qui permettra l’identification de plus de 300 000 personnes dont les athlètes, les bénévoles ou encore les médias, mais ne concernera pas les spectateurs. L’entreprise assure également disposer de la plus grande technologie de reconnaissance faciale au monde. NECの顔認証システムが東京2020オリンピック・パラリンピック競技大会関係者の会場入場時における本人確認に採用される事になりました。 NECは東京2020ゴールドパートナー(パブリックセーフティ先進製品&ネットワーク製品)です#Tokyo2020 https://t.co/RWieMLggHE pic.twitter.com/gE34Bpjz79 — NEC (公式) (@NEC_jp_pr) 7 août 2018 Le système est conçu autour du moteur d’intelligence artificielle, nommé NeoFace qui fait partie de la gamme de technologie Bio-IDiom de l’entreprise. Ainsi lors des JO, la technologie associera les données photographiques pré-enregistrées dans le badge composé d’une puce que les personnes accréditées transporteront, avec leurs visages. NEC a réalisé une démonstration de son système, montrant qu’il sera impossible aux personnes de rentrer sur les sites avec la carte d’une autre…

Grâce au projet de Mateusz Trokielewicz et ses collègues à l’université de Technologie de Varsovie, les voleurs ne pourront plus utiliser l’iris de personnes décédées pour voler ! Si vous ne le saviez pas, c’est une technique utilisée par certains pour s’emparer de beaux trésors, mais c’est désormais terminé, comme le rapporte le site web MIT Technology Review. En exploitant la base de données d’images The BioBase PostMortem Iris dataset, provenant de 17 personnes décédées, les chercheurs ont créé un algorithme capable de faire la différence entre l’iris d’une personne vivante et celle d’une personne décédée. Les photos de la base de données datent de cinq heures à 34 jours après la mort. L’équipe a également recueilli 256 images d’iris vivants. Le même appareil photo a été utilisé, afin d’éviter que l’algorithme ne puisse être trompé. Pour éviter les biais liés à la manière de prendre une photographie, l’ensemble des…