Sébastien Bourguignon

Sébastien Bourguignon est expert du numérique et de la blockchain, il est Principal et Lead Digital Influencer au sein du cabinet de conseil MARGO où il accompagne ses clients dans leur transformation digitale. Il a aussi fondé la société Chain Guru qui accompagne les projets d'entreprises qui souhaitent lever des fonds en cryptomonnaies au travers d’une opération d’ICO (Initial Coin Offering). Passionné par le digital, l’innovation et les startups, il a créé un blog pour y partager l’actualité autour de ces thématiques et il a développé le projet #PortraitDeStartuper dans lequel il fait intervenir des startupers qui présentent leur retour d’expérience dans leur aventure entrepreneuriale. Auteur des livres blancs « #80PortraitDeStartuper » et « 100 #PortraitDeStartuper – Saison 2 », ainsi que du livre « Portraits de startupers - édition 2017 » publié aux éditions Maxima, il publie régulièrement de nombreux articles sur des sites comme Siècle Digital ou encore Les Echos Solutions. Par ailleurs, il intervient en tant que speaker dans différentes conférences sur les sujets qui l’enthousiasment.

Tous les grands groupes ont lancé ces dernières années des programmes d’innovation pour tenter de se transformer avant de se faire disrupter par un GAFA (Google / Amazon / Facebook / Apple) ou une startup. L’enjeu étant devenu vital pour certains, les programmes d’innovation développés sont tous très variés et permettent d’adopter une posture du « test and learn » en interne. Des approches plus entrepreneuriales, on parle même d’intraprenariat dans certains cas. Et d’un point de vue client, l’idée est toujours de se mettre en capacité de pousser de nouveaux produits et services innovants à un rythme plus soutenu et répondre à des attentes de plus en plus exigeantes. Un des objectifs pour ces corporates est de se rapprocher de l’écosystème startup pour disposer d’un vivier d’innovation plus accessible soit en collaborant avec elles, soit en les finançant soit même en les rachetant. Air France qui vient récemment de fêter ses…

Concernant la blockchain, les observateurs finissent inlassablement par débattre de nombreux points qui sont pour la plupart du temps totalement faux ou en tout cas très partiaux et partiels dans leur analyse. Et s’il y a bien un sujet qui fait débat depuis de nombreux mois c’est l’aspect énergivore de la blockchain. Ainsi nombreux sont les experts à argumenter sur les méfaits de la blockchain sur l’environnement, sur le fait qu’elle serait une véritable calamité énergétique pour notre planète. Mais alors qui a vraiment raison dans cette bataille qui oppose les pro et les anti blockchain sur sa consommation d’énergie ? Existe-t-il une seule vérité ? Des faits avant toute chose Parler de « la blockchain » en général est un abus de langage que tout le monde utilise, or il existe des dizaines de technologies différentes, chacune disposant de ses propres caractéristiques et fonctionnalités. Toutes les blockchains ne fonctionnent pas de la même manière.…

Actuellement, on parle beaucoup de Bitcoin et de la flambée de son cours autant que des autres cryptomonnaies dont la volatilité fait bondir et réagir tous les acteurs de la scène économique et financière. Mais la technologie sous-jacente qu’est la blockchain reste encore largement sous représentée dans les discussions. Pourtant c’est bien cette technologie qui porte en elle les gènes de la disruption de nombreux business qu’il s’agisse des banques, des assurances, des notaires ou des avocats, bref de tous les intermédiaires et tiers de confiance y compris les GAFA. Une vision trop simpliste de l’utilisation de la blockchain Simpliste n’est peut-être pas le bon terme mais en tout cas les entreprises ont une fâcheuse tendance à envisager la blockchain comme un moyen de faire ce qu’ils savent aujourd’hui pour le faire autrement. Prenons par exemple le secteur bancaire, pour ne citer que lui, les réflexions portent sur l’opportunité d’utiliser…

Certains ont peut-être suivi les péripéties d’Eric Charpentier, startuper toulousain, qui avait créé il y a quelques années la néobanque Morning. Et bien un peu moins d’un an après avoir cédé cette première initiative bancaire, Eric réitère avec la création de Hush, une néobanque mobile et crypto-monnaie compatible, qu’il a lancé officiellement depuis le 21 novembre dernier. Cela fait déjà quelques mois qu’il travaille sur ce nouveau projet, et cette fois il est parti s’installer au Luxembourg pour concevoir cette banque nouvelle génération et s’inscrire dans une démarche de régulation de son projet afin de pouvoir rayonner au niveau européen. Mais au fait c’est quoi une néobanque ? Avant de parler de néobanques, parlons déjà des banques traditionnelles, les banques que vous et moi utilisons tous les jours. Les services proposés par une banque de détail, si l’on tente de les résumer, sont les suivants : Les moyens de paiements (carte…

Nous l’avons abordé dans la première partie de cet article, les levées de fonds au travers d’une ICO sont en train d’exploser un peu partout dans le monde et les arnaques ou projets douteux sont pléthoriques dans cette nouvelle économie que beaucoup jugent être une nouvelle bulle. Nous avons ainsi pu analyser la proximité qu’il peut exister entre une ICO et une IPO, les grandes étapes qui constituent une opération de levée sur la blockchain, ainsi que les « scams » ou fraudes en français qui peuvent se présenter aux investisseurs avides de bons plans pour gagner de l’argent rapidement. Nous avons aussi vu que sur ces ICO les risques de pertes en capital sont extrêmement élevés, c’est bien justement ce point qui alerte les régulateurs un peu partout dans le monde car il n’existe pour le moment aucun cadre concernant les Initial Coin Offering. Nous allons maintenant voir ce qu’il se…

Comme je le relevais dans un précédent article, les crypto-monnaies seraient devenues en quelques mois le nouvel Eldorado pour les investisseurs en herbe autant que pour les investisseurs aguerris. L’envolée des cours du Bitcoin et de celui de l’Ether a généré un engouement tout à fait disproportionné, à tel point que beaucoup estiment qu’il s’agit d’une bulle qui pourrait exploser à tout moment. Dans cet océan d’incertitude et de nouveaux moyens mis à la disposition de tout un chacun pour jouer aux apprentis traders, d’aucuns diront aux apprentis parieurs, dans ces monnaies virtuelles, une forme particulière de d’investissement fait beaucoup parler d’elle, il s’agit de l’ICO pour Initial Coin Offering. L’ICO est au monde de la blockchain ce que l’IPO, pour Initial Public Offering, est au monde de la bourse, un moyen pour une entreprise de lever des fonds. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Quelles sont les particularités de l’ICO…

Depuis des mois la blockchain fait rêver ou cauchemarder des secteurs comme l’énergie, l’industrie, la banque et l’assurance, les notaires et bien d’autres encore. Les opportunités sont clairement présentes aujourd’hui et tous ces acteurs ont bien raison de tester et de s’approprier cette technologie. En effet, même s’ils ne sortiront pas demain ou après-demain un nouveau produit ou service sur la blockchain, cette étape qui peut prendre différentes formes permettra quoi qu’il arrive d’en tirer des enseignements et des convictions concrètes afin de se mettre rapidement en ordre de marche lorsqu’il sera nécessaire de se lancer en grandeur nature et en production sur un projet à base de blockchain. Mais attention, il existe des contraintes et des challenges que la technologie n’a pas encore relevé et qui pourraient être problématiques pour un projet à l’échelle pour un grand groupe. Des points durs existent pour un projet à l’échelle. À date, il existe des limites techniques et réglementaires qui constituent…

Send this to a friend