Collaboratif : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Collaboratif

Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur votre parcours et ce qui vous a poussé à fonder AlloVoisins ? Bonjour, je suis Edouard Dumortier, j’ai 42 ans et je suis diplômé de l’ESSCA. J’ai eu une carrière assez variée. J’ai travaillé en grande distribution, notamment en Espagne où j’ai habité pendant 6 ans. J’ai également fait du conseil en ressources humaines dans un cabinet de chasseur de têtes. Et j’ai été aussi directeur général d’un réseau de franchise, avant de cofonder et diriger AlloVoisins, à partir de 2013. L’idée d’AlloVoisins m’est venue au fil de mes différentes expériences où l’on pouvait observer des cycles économiques en dents-de-scie et un discours général qui appuyait ce discours autour des cycles. Ma vision est qu’on était plutôt dans un monde en profonde mutation sur le plan politique, économique, financier, écologique ou même géopolitique. L’approche était donc de se dire que…

L’outil de messagerie / collaboratif Slack vient de mettre à jour son service en intégrant directement sa plateforme d’applications au sein de son service. C’est plus de 1 000 applications qui seront alors accessibles sans bouger de l’outil. Il faut rappeler que jusqu’alors, il fallait passer le site Web dédié aux applications développées par la communauté Slack. Ce qui pouvait freiner leur utilisation par les néophytes. Cependant parmi ce millier d’applications en libre service, c’est 200 apps qui sont utilisées par la plupart des utilisateurs. Ces derniers sont d’ailleurs estimés à cinq millions par mois dont 1,5 million avec un compte payant. Le business model de Slack étant basé sur un forfait par utilisateur actif par mois (lui permettant d’avoir des fonctionnalités plus poussées comme l’archivage de conversation). Parmi les plus populaires des applications Slack, on retrouve Google Drive qui s’avère très pratique. Les deux acteurs ont donc mis en…

L’économie collaborative est en vogue depuis quelques années : la faute à la crise, ou au besoin de retourner aux essentiels, un phénomène qui favorise en tous cas les innovations. Nous parlions de cette révolution collaborative dans un précédent article. Cette économie accorde donc une place importante au participatif, il s’agit là d’une réponse à nos besoins actuels. Ceux qui correspondent à l’utilisation des biens que nous possédons, des compétences ou encore des passions que nous avons. La consommation collaborative est basée sur le partage, le troc, la location, le prêt ou le don de biens et services. Elle peut aussi créer un lien social, voire une communauté autour d’une passion commune, par exemple le bricolage et la décoration pour le cas de Wiki for home qui sera présenté en fin d’article. A l’heure du grand développement des comportements numériques, ce mouvement est grandement facilité par l’émergence d’outils à la…

L’année 2014 marque l’ascension fulgurante des entreprises issues de l’économie collaborative. À l’instar d’Airbnb, Uber ou BlaBlaCar, notre champion français, les habitudes de consommation évoluent et cette nouvelle économie s’impose d’elle-même avec des valeurs fortes et des communautés engagées. Des solutions innovantes pour des problèmes concrets Le succès de ces entreprises n’est pas dû au hasard mais à une accumulation de facteurs déterminants pour le comportement des consommateurs. La valeur d’usage prend le pas sur la valeur de possession. Réfléchissons à l’usage que nous ferons de l’objet avant l’achat. Est-il réellement nécessaire de devoir acheter et posséder cet objet ? Existe-il des moyens alternatifs me permettant d’utiliser cet objet sans l’acheter ? Ce sont ces questions auxquelles les précurseurs de l’économie collaborative cherchent à répondre en apportant des solutions d’usage face aux entreprises du secteur traditionnel. Aujourd’hui, grâce à l’économie collaborative, il n’est plus nécessaire d’acheter un objet / de le posséder personnellement pour pouvoir l’utiliser.…