Alors que les militaires et les fonctionnaires chinois ont désormais interdiction d’acheter un véhicule Tesla, la firme d’Elon Musk s’est exprimée sur Weibo, l’équivalent de Twitter, pour apaiser les inquiétudes des autorités mais également des habitants de l’Empire du Milieu.

Selon le gouvernement chinois, les caméras se trouvant sur les voitures Tesla pourraient servir aux autorités américaines en enregistrant des informations sensibles à propos des Chinois. En réponse, l’entreprise vient de s’exprimer sur les réseaux sociaux du pays et a rappelé que ses caméras n’étaient pas activées sur les véhicules se trouvant en dehors des États-Unis. « Même aux États-Unis, les propriétaires de voitures peuvent choisir librement d'activer son utilisation [de la caméra]. Tesla est équipé d'un système de sécurité du réseau avec des niveaux de sécurité de premier ordre pour garantir la protection de la vie privée des utilisateurs », a-t-elle ajouté.

Suite à l’interdiction ordonnée par la Chine, Elon Musk avait lui aussi pris la parole : « Nous avons des fortes motivations à garder les données confidentielles. Que vous soyez un groupe chinois ou américain, il vous en coûterait très cher de faire de l’espionnage. Si Tesla utilisait ses voitures pour espionner en Chine, ou n’importe où ailleurs dans le monde, nous devrions mettre la clé sous la porte ». Si le PDG de Tesla est monté au créneau, c’est parce que le marché chinois est vital pour son entreprise. En 2020, il a en effet représenté 30% des livraisons de véhicules Tesla.

La décision des autorités d’interdire Tesla à ses employés intervient dans un contexte très tendu entre la Chine et les États-Unis qui s’opposent dans une guerre commerciale toujours plus poussée. Ainsi, elle n’est pas sans rappeler les nombreuses mesures prises outre-Atlantique pour freiner la croissance du géant Huawei, qui est désormais considéré comme une menace pour la sécurité nationale des États-Unis.

Par ailleurs, la Chine semble également vouloir mettre en avant ses propres entreprises, qui s’intéressent de plus en plus aux secteurs des véhicules électriques et de la conduite autonome, à l’instar de Baidu, de Xiaomi ou même de Tencent. C’est aussi le cas de Geely, la maison-mère de Volvo, qui a récemment annoncé vouloir créer un équivalent chinois de Tesla. Reste donc à voir si la prise de parole de la firme d’Elon Musk apaisera la situation…