Le marché du véhicule électrique pourrait bien permettre à Baidu de faire peau neuve et de se relancer dans un secteur technologique chinois toujours plus concurrentiel. Un peu plus d’un mois après l’annonce d’un partenariat avec Geely, la maison-mère de Volvo, le géant chinois a révélé le nom du PDG de son entreprise automobile.

C’est donc Xia Yiping qui va prendre la tête de la société. Il s’agit du co-fondateur de Mobike, entreprise spécialisée dans les vélos en libre-service, qui est notamment passé chez des gros noms de l’industrie automobile comme Ford ou Fiat-Chrysler. Si Baidu n’a pas encore dévoilé le nom de sa nouvelle firme, on sait que l’objectif de cette dernière est de commercialiser un premier véhicule électrique d’ici trois ans ; tandis que Baidu s’occupera de la partie logiciel de ce dernier, Geely se concentrera uniquement sur le matériel.

Depuis l’annonce de ce partenariat, l’entreprise chinoise connaît un gain de popularité auprès des investisseurs, avec ses actions en bourse qui ont connu une hausse record la semaine passée, rapporte le Wall Street Journal. Pourtant, Baidu rencontre de plus en plus de difficultés dans son secteur publicitaire historique et doit faire face à un véritable mastodonte : ByteDance, et plus particulièrement Douyin, l’équivalent chinois de TikTok. Son dernier trimestre 2020 a été très prolifique, mais cela est surtout dû à ses divisions cloud et intelligence artificielle. Dans ce contexte, l’entrée sur le marché des véhicules électriques peut être un moyen efficace pour rebooster l’entreprise.

Cette hausse des actions de Baidu est l’exemple parfait du succès que rencontre actuellement le secteur automobile, et plus particulièrement celui des véhicules électriques et autonomes. Ainsi, de très gros noms de la tech, que ce soit en Chine ou aux États-Unis, investissent dans ces domaines en pleine croissance. D’ailleurs, Baidu va devoir se frotter aux autres géants chinois que sont Tencent, qui a également établi un partenariat avec Geely, ou encore Alibaba et même Huawei.

Baidu compte toutefois un train d’avance, puisque l’entreprise travaille sur une plateforme de conduite autonome baptisée Apollo depuis plusieurs années déjà. Malgré cela, la course est loin d’être gagnée, tant la concurrence est rude et les nouveaux entrants sur ce marché ont des ambitions élevées.