Huawei

Si la situation empire entre les États-Unis et la Chine, Huawei préfère prendre les devants pour ne pas se retrouver dans une impasse. L’entreprise chinoise a imaginé une alternative à Android au cas où les tensions continueraient d’augmenter. D’ailleurs, pour le moment, les relations entre les deux pays ne montrent aucun signe d’apaisement. Récemment, le géant de l’électronique annonçait qu’il intentait une action en justice contre le gouvernement américain. Huawei a aussi fait savoir que l’interdiction d’utilisation de ses produits imposée par les agences fédérales américaines violait toutes procédures légales. De leur côté, les États-Unis somment l’Allemagne de cesser de travailler avec Huawei, bref rien ne va entre les deux plus grandes puissances mondiales. À juste titre, la société chinoise se prépare à une rupture totale avec les États-Unis. Elle construit sa propre alternative à Android. Le système d’exploitation de Google pourrait un jour être restreint sur ordre du gouvernement américain.…

Après que Ren Zhengfei, le CEO de Huawei, ait récemment déclaré que les États-Unis n’auraient pas sa peau, la société chinoise décide d’intenter une action en justice contre le gouvernement américain. Huawei a tenté de se défendre contre les accusations portées par les États-Unis, mais il semblerait que cela ne suffise pas. C’est lors d’une conférence de presse, tenue mercredi dernier, que Huawei a fait savoir que l’interdiction d’utilisation de ses produits imposée par les agences fédérales américaines violait toutes procédures légales. Le fondateur de la société chinoise déclarait cela il y a quelques semaines : « il n’y a aucun moyen possible pour que les États-Unis puissent nous écraser. Le monde ne peut pas se passer de nous parce que nous sommes plus avancés que nos concurrents. Même si le gouvernement américain persuade d’autres pays de ne pas travailler avec nous temporairement, nous trouverons toujours un moyen de nous en…

Ce jeudi, devant la cour fédérale de Seattle (État de Washington), Huawei a plaidé non coupable. La firme est depuis plusieurs années accusée de vol de secrets commerciaux par l’opérateur américain T-Mobile, elle devra répondre d’un total de 10 chefs d’inculpation distincts devant cette même cour, en mars 2020, date à laquelle s’ouvrira pour de bon le procès. Huawei est par ailleurs accusé de fraude et d’obstruction à la justice. On apprend d’Associated Press (via Engadget) que le géant chinois des télécoms, numéro deux mondial sur le marché du smartphone, encoure une amende de 5 millions de dollars. Une somme trois fois supérieure à la valeur du secret commercial supposément dérobé à T-Mobile. Ce procès fait écho à la longue suite de démêlés judiciaires et politiques qui opposent Huawei aux États-Unis ainsi qu’à certaines entreprises américaines. Il s’inscrit par ailleurs dans la guerre économique engagée contre la Chine par Donald…

C’est la première interview de Ren Zhengfei depuis l’arrestation de sa fille au Canada en décembre dernier. Souvenez-vous, Meng Wanzhou, CFO de Huawei était arrêtée sur l’ordre des autorités américaines pour soupçons de violation de la loi instaurée contre l’Iran. Au-delà de cette arrestation, les États-Unis et la Chine se livrent à une nouvelle forme de guerre froide à travers cette société. D’ailleurs le Royaume-Uni déclarait il y a quelques jours qu’il ne tiendrait pas compte des conseils formulés par les États-Unis à propos du soit-disant réseau d’espionnage chinois via la 5G d’Huawei. Pour le fondateur de Huawei, son entreprise est trop trop importante pour faire faillite et pour que le monde puisse s’en passer. Toutes ces accusations ne suffiront pas à écraser Huawei pour son fondateur, le puissant Ren Zhengfei. Voici sa déclaration : « il n’y a aucun moyen possible pour que les États-Unis puissent nous écraser. Le monde ne peut…

L’histoire se rappellera certainement de cette affaire comme celle ayant débuté avec l’arrestation d’une CFO à Vancouver. Nous avons pas terminé d’entendre parler du conflit entre Huawei et l’Occident. D’une guerre commerciale clairement publique, nous pourrions rapidement basculer dans une guerre froide qui nous rappellerait la terrible époque passée entre les États-Unis et la Russie. La bataille entre la Chine et les États-Unis s’est intensifiée cette nuit lorsque la justice américaine a déclaré qu’elle formulait des accusations criminelles envers le fabricant de matériel chinois. Huawei nie toutes les accusations en bloc. À la suite des déclarations américaines, la société chinoise a publié un communiqué de presse accusant les États-Unis de ne pas lui laisser l’occasion de s’expliquer à propos des différentes accusations portées à son égard. Huawei a précisé cela : « nous sommes déçus d’apprendre les accusations portées contre la société aujourd’hui. Après l’arrestation de Meng Wanzhou, la société a tenté…

Nigel Stanford, ce nom ne vous dit peut être rien et pourtant son clip Cymatics : Science Vs.Music a atteint plus de 24 millions de vues sur YouTube. Un succès qui aurait vraisemblablement inspiré Huawei dans le cadre d’une publicité pour sa tablette MediaPad M3 Lite. Comme on peut le voir ci-dessous, Nigel Stanford a remarqué de nombreuse similitudes entre son clip (à gauche) et la publicité (à droite), en plus d’une bande son assez similaire. Des temps difficiles pour Huawei… Depuis quelques mois Huawei fait les gros titres. La société est accusée d’espionnage au profit de la Chine, etla CFO a été arrêtée au Canada. Avec ce bad buzz publicitaire la question est de savoir qui est responsable ? La société directement, ou bien l’agence de publicité, ou l’équipe interne en charge de la campagne ?En août dernier à l’occasion de la sortie du Nova 3, Huawei a publié un…

D’après le Wall Street Journal, la société chinoise Huawei, pourraient très bientôt se retrouver dans une nouvelle crise. Après l’affaire Meng Wanzhou au Canada puis celle de Weijing Wang en Pologne, Huawei doit s’attendre à faire l’objet de nouvelles accusations. Les procureurs fédéraux sont en ce moment-même en train de mener une enquête criminelle sur l’entreprise en question. Huawei pourrait bien être accusée d’avoir intercepté des secrets commerciaux américains et d’avoir par la suite subtilisé les technologies de ses concurrents, T-Mobile notamment. Ce qu’il s’est passé : en novembre dernier, le ministère de la justice américaine a annoncé vouloir mettre fin à l’espionnage chinois. Le gouvernement américain est désormais persuadé que Huawei est le bras armé du parti communiste chinois, chargé de récolter des informations technologiques au profit de la Chine. Durant l’année 2018 qui vient de se terminer, les législateurs américains ont examiné les moindres faits et gestes de la société.…

Send this to a friend