Huawei : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Huawei

Après avoir tenté de convaincre les membres de l’Union Européenne en vain, les États-Unis se rapprochent des pays du Golfe. En effet, le gouvernement américain a récemment fait part de ses préoccupations à propos des infrastructures 5G de Huawei, aux dirigeants de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Bahreïn. Les trois pays utilisent les équipements technologiques de l’entreprise chinoise. Les États-Unis veulent exclure Huawei des débats Pour les États-Unis il n’y a aucun doute : les équipements 5G de Huawei représentent un danger pour la sécurité intérieure de n’importe quel pays. Malgré les tentatives de Donald Trump de convaincre les pays européens au printemps dernier, le Royaume-Uni, la Belgique et la France confirmaient leur confiance en Huawei. Comment vont réagir les pays du Golfe ? Au début du mois de septembre, la Pologne et les États-Unis signaient un accord pour réguler les équipements 5G provenant de pays étrangers…

Pour faire un peu plus pression sur le gouvernement chinois, l’administration Trump et la Pologne ont convenu d’un accord qui doit permettre de contrôler rigoureusement les équipements 5G provenant de l’étranger. Comme le relate le Wall Street Journal : « pour les deux pays, les équipements 5G devront absolument faire l’objet d’une évaluation rigoureuse ». Les USA et la Pologne s’allient Le vice-président Mike Pence et le président polonais Andrzej Duda se sont rencontrés en début de semaine pour signer un accord commun et renforcer les directives de sécurité des réseaux 5G. Évidement à aucun moment le lien avec Huawei n’est fait, pourtant cela ne fait aucun doute : les États-Unis cherchent un peu plus à exclure l’entreprise technologique chinoise des débats. Dans l’accord en question, nous pouvons lire ces mots : « nous devons impérativement protéger les réseaux de communication de la prochaine génération (5G) contre toute perturbation ou manipulation et garantir…

L’actualité de Huawei est assez chargée en ce moment. La firme a présenté son plan B, en cas de perte d’Android, son propre système d’exploitation : Harmony OS. Mais la firme a surtout été accusée d’espionnage par Donald Trump au profit de la Chine ce qui a compliqué les échanges avec les États-Unis. À présent, le Wall Street Journal rapporte que des employés de la firme chinoise aurait aidé les gouvernements de l’Ouganda et la Zambie a espionné des opposants politiques. Huawei et la Chine sont-ils impliqués ? Les employés auraient permis aux gouvernements de surveiller des communications, notamment sur WhatsApp et Skype ou encore pirater des portables et pages Facebook. Ils auraient également permis à la police d’arrêter les opposants. Pour ce faire, Huawei aurait utilisé des logiciels espions israéliens et autres techniques. Du côté des gouvernements, un représentant de la Zambie a confirmé que les techniciens de l’entreprise…

401,3 milliards de yuans soit 52,3 milliards d’euros. C’est le chiffre d’affaires du géant chinois annoncé par le président de Huawei Liang Hua lors d’une conférence de presse. Il est en hausse de 23,2 % au premier semestre 2019. Depuis plus d’un an, Huawei est pourtant la cible de l’administration dirigée par Donald Trump, qui soupçonne le groupe d’espionnage au profit de Pékin. Si le feuilleton judiciaire entre les États-Unis et Huawei a connu plusieurs rebondissements, le dernier épisode a souligné une volonté forte de la part des américains d’affaiblir le constructeur chinois. Le 15 mai 2019, Donald Trump a signé un décret qui interdit aux réseaux de télécoms du pays de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risques. Huawei étant la cible première de ce décret. Peu de temps après et en répercussion du décret, Google a suspendu ses relations commerciales avec Huawei car son…

Le Washington Post vient de lâcher une nouvelle bombe qui pourrait bien relancer du plus belle les conflits entre les États-Unis et la Chine. Le média américain a mit la main sur des documents qui décrivent une potentielle liaison entre Huawei et le réseau 3G de la Corée du Nord. Depuis des années les États-Unis soupçonnent Huawei d’entretenir des relations avec la Corée du Nord, si toutefois ces liens viennent à se confirmer, le gouvernement Trump pourrait régir très négativement. Ce dernier rapport aurait été obtenu par le biais d’un ancien employé de Huawei. Il comprendrait plusieurs pièces justificatives provenant d’autres sources qui souhaitent rester anonymes. De son côté, la firme de Shenzen déclare n’avoir rien à voir avec ce pays en guerre. « Huawei s’engage pleinement à respecter toutes les lois et réglementations en vigueur dans les pays et régions où nous opérons, y compris toutes les lois et…

Malgré l’accord trouvé en Donald Trump et Xi Jinping pour lever le ban de Huawei aux États-Unis, l’entreprise technologique chinoise prend ses précautions et continue de travailler sur un système d’exploitation indépendant de Google. Harmony, c’est le potentiel nom du futur système d’exploitation de Huawei, qui pourrait voir le jour en Europe. Le 12 juillet dernier, la société chinoise a déposé une demande d’enregistrement de marque auprès de l’Office de la propriété intellectuelle de l’Union européenne. Harmony : le fameux plan B de Huawei Déjà, en mars dernier, Huawei prévoyait une alternative à Android si jamais les tensions entre la Chine et les États-Unis ne redescendaient pas. À l’époque, Richard Yu, directeur de Huawei Mobile expliquait cela : « nous avons préparé notre propre système d’exploitation. S’il s’avère que nous ne pouvons plus utiliser Android, nous serons prêts et avons notre plan B pour continuer de faire fonctionner nos smartphones ». Vraisemblablement, ce…

Toujours dans la tourmente, Huawei décide de montrer les crocs et répond aux États-Unis, suite à sa dernière menace de retirer la production américaine liée à la 5G, de Chine. En effet, Huawei, affirme que 65% des réseaux de 5G à travers le monde utilisent des équipements provenant de ses usines. 65% de la 5G dépend de Huawei La semaine dernière, le président américain, Donald Trump disait vouloir s’attaquer à la production de la 5G en Chine. De nombreuses entreprises américaines font fabriquer leurs équipements dans le pays de Huawei, pour réduire le coût de la main-d’œuvre. Pourtant, cela pourrait bientôt changer. L’administration Trump envisage d’exiger que les appareils 5G à destination des États-Unis soient conçus et assemblés en dehors de la Chine. Cela pourrait être un réel coup dur pour Pékin. Une fois de plus, Huawei ne se laisse pas faire et démontre que son emprise sur le monde…