Comme le rapporte le South China Morning Post, le fondateur de Huawei Ren Zhengfei a indiqué que son entreprise devait concentrer son énergie sur le cloud computing en 2021. En difficulté à cause des sanctions américaines pesant à son encontre, le géant chinois veut profiter du gain de popularité de cette technologie suite à la pandémie de Covid-19.

Si jusqu’alors, Huawei se spécialisait principalement dans les domaines des smartphones et des télécoms, elle va devoir changer son fusil d’épaule pour continuer à prospérer. En effet, la guerre commerciale que se vouent les États-Unis et la Chine a eu de grandes répercussions sur l’entreprise, qui ne peut plus intégrer les services de Google dans ses appareils. En conséquence, Huawei a d’ailleurs été contrainte de revendre Honor, sa division dédiée aux smartphones low cost.

Même son de cloche dans le domaine de la 5G. Suite aux menaces américaines, de nombreux pays ont décidé de retirer Huawei de leurs infrastructures, c’est notamment le cas du Royaume-Uni ou encore de la Suède. En France, une loi « anti-Huawei » a été votée dans le but de limiter les équipements développés par l’entreprise chinoise. En outre, les fabricants de puces étrangers utilisant une technologie américaine doivent désormais obtenir une licence pour vendre du matériel à Huawei. Résultat : la firme s’est retrouvée quasiment à court de puces pour ses smartphones.

Afin de pallier ces différents domaines, Huawei a donc une idée en tête : développer sa branche dédiée au cloud computing. Lors d’un discours tenu en interne au mois de novembre, puis partagé aux employés très récemment, Ren Zhengfei a affirmé que son entreprise devait s’inspirer d’Amazon et de Microsoft dans ce secteur. Les deux mastodontes proposent en effet des services IaaS (infrastructure as a service) ainsi que PaaS (Platform as a service), et dominent le marché international dans chacun de ces secteurs. Selon son fondateur, Huawei doit ainsi se concentrer sur la sécurisation des grandes entreprises et des sociétés des grandes industries en tant que clients du cloud.

Pour rappel, Alibaba détient plus de 40% du marché chinois dans le cloud computing, contre 16% pour Huawei mais également Tencent. L’entreprise va de ce fait devoir redoubler d’énergie pour optimiser ses services aussi bien dans son pays que dans le reste du monde.