Alors que l’Australie a préféré Nokia à Huawei et que la Norvège l’a exclu, privilégiant Ericsson, en Allemagne, c’est finalement Huawei, accompagné de Nokia, qui va vendre ses équipements 5G. Le Royaume-Uni, de son côté, a encore une décision à prendre à ce sujet d’ici la fin du mois. Une délégation américaine est attendue aujourd’hui, au Royaume-Uni. Le ministre à la Sécurité britannique va être conseillé sur ce sujet par Matt Pottinger, le conseiller adjoint à la sécurité nationale américaine.

Huawei ne sera pas utilisé pour les réseaux où des renseignements sont partagés

Huawei est actuellement le plus grand fabricant mondial d’équipements de réseau mobile. Bannit des États-Unis, il est suspecté d’espionnage et d’installer des équipements pouvant nuire à la sécurité du pays.

Si depuis plus d’un an maintenant, les rebondissements sont réguliers dans cette affaire, cela a d’ores et déjà poussé le gouvernement britannique à affirmer que les équipements du chinois ne seraient pas utilisés pour des réseaux où le partage de renseignements a lieu.

Le Royaume-Uni pourrait subir des représailles américaines s’il ne bannit pas le constructeur chinois

Il y a quelques mois, les USA tentaient de noircir la réputation de Huawei dans les pays du Golfe, puis en Allemagne afin que l’entreprise chinoise soit bannie. Désormais, c’est le Royaume-Uni que les Américains vont tenter de convaincre.

L’équipe envoyée par Donald Trump devrait échanger avec des responsables de la sécurité britannique et pour parvenir à ses fins, le président américain semble avoir tout prévu. Avec ses conseillers, ils ont averti le ministre britannique de la Défense que si un feu vert était donné à Huawei par le Conseil de sécurité nationale, le pays n’aurait plus accès à certains renseignements jusqu’alors donnés par les États-Unis. À ce propos, Ben Wallace, le ministre de la Défense a indiqué : “Ce n’est pas un secret. Ils ont été cohérents. Ces éléments seront pris en compte lorsque le gouvernement décidera collectivement de prendre une décision à ce sujet”.

Reste donc maintenant à faire un choix pour le Royaume-Uni. Si le pays bannit Huawei, il devra trouver un autre fournisseur pour développer la technologie de réseau 5G assez rapidement.