Après avoir tenté de convaincre les membres de l’Union Européenne en vain, les États-Unis se rapprochent des pays du Golfe. En effet, le gouvernement américain a récemment fait part de ses préoccupations à propos des infrastructures 5G de Huawei, aux dirigeants de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Bahreïn. Les trois pays utilisent les équipements technologiques de l’entreprise chinoise.

Les États-Unis veulent exclure Huawei des débats

Pour les États-Unis il n’y a aucun doute : les équipements 5G de Huawei représentent un danger pour la sécurité intérieure de n’importe quel pays. Malgré les tentatives de Donald Trump de convaincre les pays européens au printemps dernier, le Royaume-Uni, la Belgique et la France confirmaient leur confiance en Huawei. Comment vont réagir les pays du Golfe ?

Au début du mois de septembre, la Pologne et les États-Unis signaient un accord pour réguler les équipements 5G provenant de pays étrangers et notamment de Chine. Le vice-président Mike Pence et le président polonais Andrzej Duda se sont rencontrés pour signer un accord commun et renforcer les directives de sécurité des réseaux 5G. Évidement, même si le lien avec Huawei n’est pas fait, cela ne fait aucun doute : les États-Unis cherchent un peu plus à exclure l’entreprise technologique chinoise des débats.

Les pays du Golfe sont une zone stratégique pour les USA

Robert Strayer, secrétaire adjoint au département de la cybersécurité des États-Unis, a déclaré que : “nous avons partagé notre opinion avec les dirigeants des pays du Golfe sur l’importance de sécuriser la technologie 5G et d’appliquer des principes de sécurité basés sur les risques potentiels. Huawei a potentiellement des liens avec le gouvernement chinois. Nous ne pourrons pas continuer d’échanger nos renseignements secrets avec les pays qui décident de collaborer avec Huawei”.

Le Bahreïn abrite la 5ème flotte de la marine américaine, tandis qu’aux Émirats arabes unis, des soldats américains sont en garnison pour assurer un certain nombre d’opérations militaires américaines dans la région. Pour assurer une sécurité maximale, les États-Unis disent que Huawei ne doit plus pouvoir exercer ses activités dans cette région du monde. Pourtant, le ministre du numérique du Bahreïn, Kamal bin Ahmed Mohammed, a déclaré que Huawei respectait les normes de son pays et qu’il n’avait aucune inquiétude.