Interdire Netflix aux Oscars pourrait être illégal selon la justice américaine
Divertissement

Interdire Netflix aux Oscars pourrait être illégal selon la justice américaine

La justice américaine est formelle : interdire Netflix aux Oscars pourrait être illégal, car anticoncurrentiel

La justice américaine a averti l’académie des Oscars le 21 mars dernier : empêcher Netflix de soumettre ses films exclusifs, pourrait entrer en violation avec le droit américain. Une information qui avait par la suite été révélée le 2 avril 2019 par Variety. Beaucoup redoute la concurrence des plateformes de streaming, même le légendaire réalisateur américain, Steven Spielberg. Pour autant, Netflix n’a pas dit son dernier mot.

Dans une lettre diffusée par Variety, où Makan Delrahim, chef de la division antitrust du département a déclaré à l’Académie des arts et des sciences du cinéma que cette initiative pourrait « tendre à éliminer la concurrence » et qu’elle pourrait par conséquent être une « pratique anticoncurrentielle ».

Les plateformes de streaming proposées par Netflix, Amazon, Apple ou encore Disney ne sont pas vu d’un très bon œil par l’industrie du cinéma. Pourtant, lors des derniers Oscars, le film Roma produit par Netflix avait reçu dix nominations. La preuve en est que le talent est présent mais que cette nouvelle concurrence peut créer des tensions.

Bien que Netflix projetait de diffuser ses films dans des salles ce cinéma, le projet n’a pour autant pas abouti, même si par la suite il envisageait juste de les diffuser en avant-première. Pour Steven Spielberg, qui comme précisé précédemment, est contre la participation des plateformes de streaming aux Oscars, « les films qui ont juste une exploitation en salles pour répondre aux critères de qualification méritent d’être nommés aux Oscars ». Pour lui, les programmes devraient être nominés aux Emmys et non aux Oscars. Une rumeur circulerait également sur le fait que le réalisateur allait soutenir une demande de modification des règles des Oscars, pour limiter la participation de Netflix.

Netflix avait répondu à cette déclaration, en insistant sur le fait qu’eux aussi aimaient le cinéma et qu’ils avaient pleinement conscience que tout le monde ne pouvait pas avoir accès à des salles de cinéma. Leur but commun étant de donner aux jeunes cinéastes leur chance de partager leurs œuvres, mais surtout de laisser les personnes profiter des contenus en tous genres, peu importe leur situation.

Dans cette lettre destinée à l’Académie, Makan Delrahim avait également affirmé, en citant la Section 1 du Sherman Anti-Trust Act aux Etats-Unis, qui interdit « les accords entre concurrents qui visent à exclure d’autres concurrents peuvent être en violation avec les lois antitrust, lorsque leur objectif ou effet est d’entraver la concurrence ». Il écrit également que « si l’Académie adopte une nouvelle règle pour exclure certains types de films, tels que les films distribués via les services de streaming, de l’éligibilité aux Oscars, et que cette exclusion tend à diminuer les ventes des films concernés, cette règle pourrait donc violer la Section 1 ».

Selon Variety, l’Académie a confirmé la réception de la lettre, et elle se réunira le 23 avril 2019 pour décider de l’évolution, ou non, de ses règles envers les plateformes de streaming. En attendant cette décision, les abonnés de la plateforme pourront regarder la nouvelle série interactive de Netflix, qui débarque le 10 avril : « You vs Wild ».

Send this to a friend