Business

La propriété intellectuelle est souvent l’atout le plus important d’une entreprise, puisque le développement de solutions innovantes est le moyen le plus efficace de se démarquer de ses concurrents. Contrairement aux brevets, qui peuvent garantir un droit d’exclusivité, en échange d’une divulgation publique, la propriété intellectuelle inclut des secrets commerciaux et un savoir-faire que le titulaire ne peut pas divulguer, et qui nécessitent une protection particulièrement rigoureuse. Malheureusement, des employés ayant accès aux informations de telle envergure ont parfois une attitude laxiste vis-à-vis de leur sécurité. Selon une étude Netwrix, 39 % des entreprises considèrent que le départ et le licenciement d’employés sont le plus grand risque pour leur propriété intellectuelle. Si une entreprise ne détecte pas la personne malveillante à temps, cette dernière peut transmettre les données volées à un concurrent. S’il parait difficile d’empêcher le vol de propriété intellectuelle – car tous les employés qui entrent en contact…

Obtenir un extrait kbis
Ce n’est un secret pour personne. En 2018, les sociétés fictives sont à la base d’un nombre considérable de factures impayées, d’extorsions de fonds, et de promesses non tenues. Dans ce contexte, un certain climat de méfiance s’est installé chez certaines entreprises. Raison de plus pour tranquilliser et montrer patte blanche auprès de vos clients.

« Travaille ton réseau, rencontre des gens… » Tonton Bernard vous l’a déjà dit et il n’a pas complètement tort. Les meilleures idées viennent la plupart du temps de nouvelles rencontres, et ces rencontres ne sont pas toujours les plus prévisibles. Sauf qu’on ne sait pas forcément par où commencer. Qui rencontrer ? Comment ? La notion de networking ne vient pas naturellement à l’esprit, elle peut paraître un peu artificielle. Pour autant, c’est la meilleure manière de rencontrer des professionnels en dehors de son champs d’action quotidien souvent limité et s’ouvrir plein de nouvelles opportunités. C’est dans cette vision qu’une société française, qui connaît un jolie décollage aux Etats Unis, a développé l’application Shapr : rendre le networking inspirant, pertinent et… sympa. Le networking au bout des doigts Basé sur le principe du « swipe » (l’action de balayage sur les écrans tactiles), Shapr s’est inspirée du succès de Tinder pour le retranscrire…

Oui, vous avez bien lu. Et c’est le publicitaire Jason Sperling qui lance le concept: 1 page publiée par jour pendant 160 jours, et c’est en route depuis le 25 Juin (ce qui laisse de l’avance sur la lecture et donc pas de frustration à attendre le prochain post 😉 je parle d’expérience et je vous le dis, c’est addictif).   Après avoir rejoint l’agence RAP (Rubin Postaer and Associates) en 2010 en tant que Directeur Créatif du groupe puis Vice Président Sénior, Jason Sperling a également rejoint TBWA Media Arts Lab, Los Angeles, en tant que Directeur de Création où il a dirigé la fameuse campagne internationale d’Apple, “Get a Mac”. Une campagne smart et résolument fun, désignée comme “la meilleure de ces 10 dernières années” par Adweek. Aujourd’hui, il décide de prendre la parole et de créer un nouveau genre de lecture.  L’idée ? Atteindre les personnes là…

Hier soir, avec Mégane Amico, nous étions invités par Orange à la rencontre de Blaise Matuidi. Dans le cadre du #le12emehomme (la vitrine d’Orange sur le sport), nous étions conviés à échanger avec « Blaise Matuidi et un robot »… Quand la personne en charge de l’Event a contacté Siècle Digital pour proposer cette opération, nous fûmes quelque peu surpris. C’est la 2nd opération de ce type pour Orange, qui avait récemment développé le même concept avec cette fois en rapport au rugby via son Twitter Avec le XV dédié au ballon ovale. La perspective était alléchante, le rendez-vous était donné jeudi 18 Décembre, 18h à la boutique d’Orange sur les Champs Elysées. Nous allions pour la première fois papoter avec un joueur du PSG et un robot, comme quoi écrire pour un blog, ça peut aider à réaliser les rêves de votre petit frère. L’event Une petite foule de blogueur et…

En 2015, chaque européen possèdera 7 objets connectés, ce qui donne une estimation de 25 milliards d’objets au plan mondial, 80 milliards en 2020 ! Les objets connectés au service du business Une étude intelligente et exhaustive de Toucan Toco, publiée en juin 2014, fait un état des lieux du sujet, avec au programme, les secteurs porteurs bien sur, mais aussi l’écosystème d’acteurs, les perspectives et stratégies, le marché, et une liste impressionnante d’initiatives et projets. L’intérêt de cette analyse porte sûr la diversité des sujets abordés : nous imaginons tous l’apport de cette technologie à la domotique, mais, si nous la combinons au « quotidien connecté », les informations et applications sont infinies… Pour l’entreprise ou la marque, cette technologie est un catalyseur de nouveaux services, expérience ou contact que leurs produits peuvent apporter au client, augmentant ainsi la valeur ou l’expérience d’utilisation du produit. Nous vivons déjà la réponse des marques -…

Dans une campagne d’emailing, le premier challenge consiste à voir son email ouvert et lu par ses prospects. Mais encore plus  important, c’est de voir la conversion des lecteurs en clients. L’utilisation des mots et des images pour accomplir cette conversion est appelée Call To Action (CTA). Il est difficile d’obtenir un taux de conversion élevé, car cela dépend de nombreux facteurs : le produit/service, la typologie des lecteurs, de la proposition commerciale, etc. Voici un exemple de Call To Action : Call To Action : 4 astuces pour améliorer les e-mails #1 L’importance des mots Un cabinet d’études Marketing Experiments spécialisé dans l’optimisation des ventes et des processus marketing sur Internet à dévoiler il y a quelque temps que : « Les Call To Action qui offrent une plus grande valeur à moindre coût amènent plus de lecteurs à cliquer. » Alors concrètement, cette affirmation s’illustre par la comparaison entre deux…

Classé dans le Top 20 des entreprises les plus innovantes au monde par le magazine Forbes (excusez du peu), Pernod Ricard a fait de l’innovation l’un de ses principaux leviers de croissance.  Si Paul Ricard était encore vivant, nul doute qu’il serait fier de ce qu’est devenu son entreprise ! Classée au 15ème rang des entreprises les plus innovantes au monde par le magazine Forbes, deuxième en Europe et première en France, Pernod Ricard a depuis longtemps su sortir de l’ornière de la vieille entreprise franchouillarde et vieillissante. Au delà des innovations produits et packaging, Pernod Ricard souhaite aussi réinventer l’expérience de consommation. Pour cela, le groupe dispose de sa propre start-up intégrée, le Breakthrough Innovation Group (BIG). Le BIG est notamment à l’origine du projet Gutenberg, dont nous avons parlé récemment. Avec ce projet, le groupe réinvente l’expérience du cocktail pour appuyer encore et toujours sa promesse de marque(s) : « Créateur…

Send this to a friend