Ce jeudi 13 janvier, la commission de la Chambre des représentants des États-Unis chargée de l’investigation sur la prise du Capitole a demandé la comparution de Twitter, Meta, Google et Reddit. En cause, « des réponses inadéquates » aux demandes des enquêteurs.

Un événement causé par la désinformation

Un peu plus d’un an après que des centaines de supporteurs de Donald Trump aient pris le Capitole d’assaut, événement ayant causé la mort de quatre personnes, les autorités américaines continuent de s’intéresser au rôle des réseaux sociaux dans cette émeute. Peu de temps après ce fameux 6 janvier 2021, des enquêtes menées par différents médias ont ainsi mis au jour des centaines de messages publiés avant cette date faisant référence à la prise du Capitole sur divers réseaux sociaux. Ces posts comprenaient des appels à la violence ainsi que des cartes du monument afin d’établir un plan de route pour le pénétrer. Par ailleurs, une investigation du FBI a déterminé qu’une milice d’extrême droite a utilisé Messenger pour coordonner son attaque du Capitole.

En mars 2021, les PDG de Twitter, Meta (anciennement Facebook) et Google ont ainsi été contraints de témoigner face au Congrès afin de s’expliquer sur le rôle de leur entreprise dans la propagation de fausses informations. Si les événements du 6 janvier ont été évoqués lors de cette audience, ils n’en étaient toutefois pas le principal sujet.

Afin d’aller plus loin, une commission de la Chambre des représentants spécialement nommée pour enquêter sur la prise du Capitole a demandé, au mois d’août dernier, une variété de documents à Reddit, Meta, Google et Twitter. Elle recherchait notamment des informations sur « la propagation de la désinformation, les efforts visant à renverser l'élection de 2020 ou à empêcher la certification des résultats, l'extrémisme violent national et l'influence étrangère dans l'élection de 2020 ».

La commission a également demandé des détails sur les changements de politique que les entreprises ont adoptés « ou n'ont pas adoptés » concernant la propagation de l'extrémisme violent, de la désinformation et de l'influence malveillante étrangère, rapporte NBC News. « Deux questions clés pour la commission spéciale sont de savoir comment la propagation de la désinformation et de l'extrémisme violent ont contribué à l'attaque violente contre notre démocratie, et quelles mesures - le cas échéant - les entreprises de médias sociaux ont pris pour empêcher leurs plateformes d'être des terrains fertiles pour radicaliser les gens à la violence », a déclaré le président de la commission Bennie Thompson, dans un communiqué jeudi.

Les quatre plateformes n’auraient pas assez coopéré avec la commission

Visiblement, les enquêteurs ne sont pas satisfaits des réponses des quatre plateformes et cherchent davantage de réponses. « Il est décevant qu'après des mois d'engagement, nous n'ayons toujours pas les documents et les informations nécessaires pour répondre à ces questions fondamentales. La commission spéciale s'efforce d'obtenir des réponses pour le peuple américain et de faire en sorte que rien de tel que le 6 janvier ne se reproduise. Nous ne pouvons pas permettre que notre important travail soit encore retardé », a continué l’homme politique.

Dans la lettre adressée à Parag Agrawal, le PDG de Twitter, pour l’inciter à comparaître, il est ainsi indiqué que le réseau social n'a pas transmis les avertissements qu'il a reçus concernant des menaces violentes, ni les documents relatifs à sa décision de suspendre indéfiniment le compte de Donald Trump. Pour ce qui est de Reddit, la commission veut approfondir ses recherches concernant certains subreddits relatifs à l’ancien président des États-Unis.

« La commission estime qu'Alphabet dispose d'importantes informations non divulguées qui sont essentielles à son enquête, concernant la façon dont Alphabet a élaboré, mis en œuvre et examiné sa modération de contenu, sa promotion algorithmique, sa démonétisation et d'autres politiques qui pourraient avoir affecté les événements du 6 janvier 2021. À ce jour, YouTube est une plateforme sur laquelle les vidéos des utilisateurs diffusent des informations erronées sur l'élection », peut-on lire dans la lettre adressée à Sundar Pichai, PDG d’Alphabet, maison-mère de Google et de YouTube.

Mark Zuckerberg, PDG de Meta, a lui aussi reçu une missive lui signalant que son entreprise n'avait pas transmis d'informations sur sa décision de dissoudre son équipe d'intégrité civique qui se concentrait sur les risques liés aux élections, notamment sur la désinformation. « Meta a omis de fournir des analyses internes et externes critiques menées par l'entreprise concernant la misinformation, la désinformation et la malinformation liées à l'élection de 2020, les efforts visant à contester ou à annuler l'élection, et l'utilisation de Meta par des extrémistes violents nationaux pour affecter l'élection de 2020 », indique la lettre.

Les applications Instagram, Facebook et Twitter sur un iPhone.

De nombreux messages évoquant la prise du Capitole ont circulé sur les réseaux sociaux avant l'attaque. Photographie : dole777 / Unsplash

La réponse des entreprises visées

Chacune des entreprises, mis à part Twitter, a pris soin de répondre publiquement à ces appels à comparaître. « Comme l'a récemment déclaré le président Thompson, “Facebook travaille avec [la commission] pour fournir les informations nécessaires que nous avons demandées". Depuis lors, Meta a fourni des documents à la commission selon le calendrier demandé par son personnel - et nous continuerons à le faire », a ainsi déclaré Andy Stone, porte-parole de Meta. De son côté, Reddit a sobrement affirmé qu’elle continuait de « coopérer avec la commission concernant leurs requêtes ».

« Nous avons coopéré activement avec la commission spéciale depuis le début de son enquête, en répondant de manière substantielle à ses demandes de documents, et nous nous sommes engagés à travailler avec le Congrès tout au long de ce processus. Nous avons mis en place des règles strictes interdisant les contenus incitant à la violence ou sapant la confiance dans les élections sur YouTube et les produits Google, et nous avons appliqué ces règles au cours de la période précédant le 6 janvier et continuons à le faire aujourd'hui », a assuré Google.

Est-ce déjà trop tard ?

Si ces différentes plateformes ont pris des mesures fortes suite à la prise du Capitole, Reddit a par exemple banni des subreddits et Twitter supprimé des milliers de comptes, il est évident que leur modèle économique se basant notamment sur l’engagement pose problème. Il a ainsi été prouvé que les algorithmes de Facebook proposaient du contenu susceptible de plaire aux utilisateurs et polarisant afin de favoriser les clics et les commentaires, même s’il contenait de fausses informations. Ces dernières années, de nombreuses mesures ont toutefois été prises par les plateformes pour contrer la désinformation et les abus… mais il semblerait qu’il soit déjà trop tard.

Si la commission se décide à sanctionner les réseaux sociaux pour leur rôle dans les événements du 6 janvier, il paraît peu probable que cela ne change en profondeur leur manière de fonctionner. Bien sûr, tout dépendrait du type de sanction infligé, mais le pouvoir des grandes plateformes Internet est tel qu’il est difficile d’imaginer des punitions qui les pousserait réellement à changer leur modèle économique.

Par ailleurs, le taux de contenus haineux que ces sites abritent est si colossal qu’il est quasiment impossible de déterminer lesquels ont joué un rôle dans la prise du Capitole, a expliqué le directeur du FBI Christopher Wray : « La quantité de rhétorique colérique, haineuse, innommable, combative, voire violente, sur les médias sociaux dépasse ce que n'importe qui, dans sa pire imagination, [pense] qu'il y a », a-t-il affirmé. Dans ces conditions, comment empêcher la propagation d’idées dangereuses sur les réseaux sociaux et surtout, comment faire pour que ce contenu ne soit plus à la portée de tous ?