Il y a quelques jours, Jeff Bezos annonçait, au travers d’une lettre à ses employés, qu’il quitterait son poste de PDG d’Amazon plus tard cette année. Il précisé laisser ainsi sa place à Andy Jassy, l’actuel chef d’Amazon Web Services. Si à première vue, le futur patron d’Amazon est moins connu que Bezos, son parcours n’a rien à envier pour autant.

Un début de carrière aux côtés de Bezos en 1997

Agréable, minutieux ou encore performant, voici comment est régulièrement décrit Andy Jassy par ses collaborateurs, chez Amazon. Discret, mais tout de même ouvertement engagé, l’homme de 53 ans n’accorde que peu d’interviews et n’est pas un grand utilisateur de Twitter, comme d’autres grands dirigeants. Pour autant, il n’hésite pas à lancer des piques à ses rivaux, ni même à se montrer direct dans le cadre de son travail. Selon Jeff Bezos, qui deviendra prochainement le Président d’Amazon, laissant à Jassy son poste de PDG, ce dernier “est bien connu au sein de l’entreprise, et il y est présent depuis presque aussi longtemps que moi. Il sera un leader exceptionnel, et il a toute ma confiance”.

Et il faut bien admettre que depuis 1997, Andy Jassy a eu le temps de voir la société évoluer. Embauché après l’entrée en bourse d’Amazon, Jassy était initialement chargé du marketing. Ni développeur, ni ingénieur, celui qui reste actuellement le patron de la division cloud d’Amazon ne dispose pas de diplôme particulier lié aux nouvelles technologies. Pour Brian Olsavsky, le directeur financier de la société, cette nomination semble logique, “Andy Jassy n’est pas seulement un leader visionnaire. C’est aussi un entrepreneur solide… et il a développé plusieurs choses et des business concrets au sein d’Amazon, dont Amazon Web Services et ce n’est pas rien puisque c’est sans doute la plus rentable et la plus importante entreprise IT au monde”.

Du côté des analystes, ce choix fait par Jeff Bezos n’est pas anodin car “Andy Jassy est un bon choix pour occuper le poste de PDG. Au-delà de sa force dans l’e-commerce, Amazon est globalement une entreprise axée sur la technologie. Et Andy Jessy sait comment utiliser la technologie pour que des entreprises évoluent”.

Le choix du cloud pour l’avenir d’Amazon ?

Amazon Web Services a été lancée en 2003, par Andy Jassy. Aujourd’hui, cette division de l’entreprise est désormais plus rentable que la division consacrée à la vente en ligne. Un analyste de la société Gartner a précisé à ce sujet que “Si le marché du e-commerce grand public est important, celui du B2B l’est encore plus. Le choix d’un leader qui dirige l’activité principale de l’entreprise peut être le signe qu’à l’avenir Amazon fera en sorte de vendre plus aux entreprises qu’aux consommateurs”. Le choix de Jeff Bezos serait donc basé sur une réflexion et des prévisions à long terme.

Reste encore qu’au-delà de l’avenir et des enjeux liés au cloud, en tant que PDG, Andy Jassy devra faire face à un certain nombre de problèmes, telles que les accusations d’abus de position dominante, les multiples enquêtes, les revendications sociales, ou même écologiques. À ce sujet, Nick McQuire, vice-président de la chambre de la recherche sur les entreprises chez CCS Insight, a précisé que “Par le passé, il s’est montré très franc sur des questions politiques plus larges et en tant que PDG, il sera confronté à une surveillance de plus en plus importante de la part des médias”. Cela pourrait cependant ne pas effrayer Jassy dans la mesure où pour certains, il était déjà l’ombre de Bezos. En 2015, Andy Jessy déclare même au média CNR, en 2015, qu’en étant présent à tous les rendez-vous, il a pu s’imprégner de l’environnement et des méthodes de travail du fondateur de la société.

Par ailleurs, il se pourrait que le nouveau PDG d’Amazon soit plus collaboratif avec l’administration américaine. En effet, Jassy a déjà eu l’occasion d’échanger avec Washington (même si cela était plus compliqué sous l’administration Trump) afin de mettre les services cloud d’Amazon au service d’organismes gouvernementaux tels que la CIA. Il se pourrait donc que le nouveau PDG d’Amazon soit à l’avenir plus à la disposition des autorités, en comparaison à Jeff Bezos qui, par exemple, n’a témoigné qu’une seule fois devant le congrès, aux côtés d’autres patrons de GAFA, l’été dernier. Andy Jassy dispose encore d’une autre corde à son arc… En 24 ans de carrière chez Amazon, il a supervisé les produits qui se sont révélés être les plus controversés de l’entreprise. Parmi eux, Rekognition, l’outil de reconnaissance faciale qu’il a défendu devant les forces de l’ordre avant que celles-ci n’imposent la suspension d’un an de l’utilisation du logiciel. Ce dernier continue d’ailleurs de leur être vendu.

Les différentes administrations risquent cependant de ne lui faire aucun cadeau… Amazon est, à l’heure actuelle, une entreprise très surveillée à l’échelle américaine, et même mondiale. Les régulateurs et législateurs américains envisagent une loi visant à mieux encadrer les pratiques commerciales des entreprises, afin d’éviter tout abus. Par ailleurs, une modification du système fiscal est souhaitée par les démocrates. Mené à terme, ce projet pourrait contraindre Amazon à payer plus d’impôts et de taxes. Ces enjeux financiers s’ajouteraient alors à ceux judiciaires notamment liés aux enquêtes antitrust, ouvertes dernièrement.

Une chose est sûre, pour faire face à sa nouvelle charge de travail, Andy Jassy pourra compter sur le soutien de Jeff Bezos qui ne quittera pas vraiment l’entreprise. Il occupera, en effet, le poste de président. S’il aura ainsi moins de responsabilités, il restera cependant impliqué, et cela, à compter du mois de septembre. Jusqu’alors, les deux hommes auront le temps de préparer la transition et d’amorcer au mieux ces changements en interne.