Une plainte à l’encontre d’Amazon vient d’être déposée par le cabinet d’avocats Hagens Berman auprès d’une cour fédérale de district à New York, rapporte le Wall Street Journal. Il est reproché au géant de l’eCommerce d’avoir fait gonfler les prix des livres digitaux à cause de pratiques déloyales.

Ces poursuites s’intéressent tout particulièrement à un contrat passé entre la firme de Jeff Bezos et les cinq plus grandes maisons d’édition américaines : HarperCollins Publishers, Hachette Book Group, Penguin Random House, Simon & Schuster et Macmillan. En faisant payer des commissions élevées à ces éditeurs, qui distribuent 80% des livres aux États-Unis, Amazon fait considérablement augmenter le prix des livres électroniques sur sa marketplace. Surtout, ce contrat stipule que les autres revendeurs ont interdiction de proposer ces œuvres à un prix plus bas que sur Amazon.

Selon le plaintif, cette pratique viole la loi antitrust car elle entraîne une augmentation des prix pour les consommateurs. « Dans un marché concurrentiel, les cinq grandes librairies pourraient vendre des livres électroniques à un prix plus bas sur leurs propres sites web ou par l’intermédiaire des concurrents d’Amazon qui offrent des commissions et des frais moins élevés », indique le document de plainte.

Pour rappel, Amazon est le pionnier dans le domaine des livres électroniques, avec la sortie de sa première liseuse Kindle en 2007, et établissant, à l’époque, des prix très bas pour ces œuvres digitales. Pour se rendre compte de son importance sur ce marché, il faut savoir qu’au mois de septembre 2020, 76% des livres numériques étaient achetés sur Amazon. Avec le contrat pris pour cible par la plainte, il est impossible pour les concurrents de la plateforme de venir rivaliser avec ce mastodonte, puisqu’ils ne peuvent pas proposer les œuvres à un prix plus attrayant.

« Si vous êtes Barnes & Noble (NDLR : le plus gros libraire outre-Atlantique) et que vos magasins sont en difficulté et que votre appareil Nook (NDLR : une liseuse commercialisée par le libraire) n’est pas allé aussi loin que vous l’auriez souhaité, vous auriez aimé pouvoir dire que vos livres numériques sont 10% moins chers que sur Amazon », explique Gregory Arenson, avocat spécialisé dans les questions de concurrence.

L’État du Connecticut enquête lui aussi sur des pratiques anticoncurrentielles d’Amazon dans le secteur des livres numériques, et le géant de l’eCommerce est également dans le viseur des autorités américaines pour abus de position dominante concernant sa marketplace dans sa globalité.