Une fois n’est pas coutume : la Californie, l’État de New York et la Federal Trade Commission (FTC) s’associent pour mener une enquête antitrust sur les pratiques d’Amazon. Des auditions sont à prévoir dans les prochaines semaines, rapporte Bloomberg.

Une action de grande ampleur se prépare

La FTC, agence fédérale chargée de combattre les pratiques frauduleuses des entreprises aux États-Unis, s’associe aux procureurs généraux des États de New York et de Californie pour mener à bien son investigation à l’encontre d’Amazon. Si l’agence avait déjà lancé une enquête l’année passée, et la Californie la semaine dernière, ce partenariat pourrait être synonyme d’une action de grande ampleur selon Diana Moss, présidente de l’American Antitrust Institute :

« Cela semble prendre la forme de ce qui pourrait être une enquête antitrust collaborative majeure. Cela se produit dans les grandes affaires où les fédéraux ont intérêt à faire respecter la loi, et aussi lorsque les États ont intérêt à protéger leurs électeurs ».

Pourquoi Amazon est-elle dans le viseur des autorités ? Il lui est notamment reproché d’avoir exploité des informations de vendeurs tiers sur son site pour concevoir des produits estampillés Amazon et ainsi en tirer profit. Le géant du eCommerce avait tout d’abord nié ces accusations et avait même refusé d’envoyer son PDG, Jeff Bezos, témoigner devant le Congrès américain. Ce dernier a toutefois été interrogé par les élus du pays la semaine dernière, aux côté de trois autres entreprises : Google, Apple et Facebook.

Un monopole sans précédent sur le eCommerce

L’intervention du milliardaire n’aura finalement pas convaincu la justice : les trois agences collaborant sur l’affaire vont organiser des conférences téléphoniques, Covid-19 oblige, dans les prochaines semaines pour interroger des témoins clés. Si l’enquête mène à des poursuites, il est encore difficile de savoir ce que risque le plus important site de eCommerce au monde.

Amazon détient en effet un monopole sans précédent. Aux États-Unis, sur chaque dollar dépensé, 40 centimes reviennent à l’entreprise de Jeff Bezos, note Bloomberg. Par ailleurs, la firme a profité de la pandémie qui a frappé le monde en doublant ses bénéfices : au deuxième trimestre 2020, elle a touché 5,2 milliards de dollars.