RGPD : toute l'actualité sur siecledigital.fr

RGPD

Sergic est une société française, spécialisée dans la promotion et dans la gestion immobilière. Dans le cadre du RGPD, la CNIL a estimé que l’agence immobilière « avait porté atteinte à la sécurité des données de ses clients et ne respectait pas les durées de conservation ». En guise d’exemple, l’organe de régulation français inflige une amende conséquente de 400 000 € à Sergic. Après avoir infligé, en janvier dernier, une amende de 50 millions d’euros à Google, la CNIL s’attaque aux petites entreprises. 400 000 euros : c’est une somme énorme pour une société de cette taille. D’après la CNIL, Sergic n’aurait pas suffisamment protégé les données des utilisateurs de son site web. L’agence immobilière aurait également mis en place des techniques pour conserver les données et pouvoir les réutiliser. Tout cela n’est plus possible depuis l’application du RGPD, le 25 mai 2018. Pour rappel : le Règlement Général pour la…

Netflix a peut-être trouvé un moyen supplémentaire de se rentabiliser. Un chercheur en politique, Michael Veale, s’est servi du RGPD pour demander un accès aux données qu’avait collecté l’entreprise à son sujet sur l’expérience interactive Black Mirror : Bandersnatch. Lorsque l’entreprise lui a communiqué les chiffres, il a réalisé que le film de Netflix enregistrait nos choix. Bien qu’aucune vente de données ne semble avoir découlé de cette pratique, le manque de transparence de Netflix est critiquable. Netflix claim they only use individual choices to inform which video segments to show, although they do learn from aggregate choices, as would be expected. pic.twitter.com/T5us7JoWbB — Michael Veale (@mikarv) 12 février 2019 Michael Veale a choisi Twitter pour révéler l’information. Le but étant de sensibiliser les utilisateurs au fait que Netflix ne demande jamais une autorisation pour stocker vos données. Par ailleurs, un autre objectif avoué de sa démarche est d’inciter les…

Il y a quelques jours seulement, Apple empêchait Facebook d’accéder à ses applications internes, après une utilisation abusive des certificats d’entreprise dans le cadre d’une récolte de données, selon une enquête de TechCrunch. Facebook a déclaré aujourd’hui que finalement, Apple a restauré son certificat d’entreprise lui permettant de continuer à développer et à tester des applications mobiles internes. Ces apps sont notamment utiles aux bêta-testeurs et aux participants à des recherches sur de nouveaux programmes Facebook. Il semblerait que Facebook n’ait pas été embêté trop longtemps par le blocage d’Apple. C’est clairement un avertissement pour faire comprendre au réseau social qu’il n’a pas à utiliser les certificats pour diffuser son application Facebook Research. Cette dernière collectait un niveau de données interdit (par Apple) sur des clients. Parmi eux se trouvaient notamment des mineurs, raison de plus pour provoquer le courroux de la firme de Cupertino. Concrètement, Facebook payait 20 $ par mois des…

Le géant américain a annoncé mercredi 10/12 dans un billet de blog que Dublin allait devenir le fournisseur officiel de ses services en Europe. Ces changements, qui devraient prendre effet le 22 janvier 2019, sont destinés à mieux gérer le RGPD, et ne devrait pas altérer la qualité du service. Comme le dit Google, ses utilisateurs vont être notifiés d’un changement important dans ses conditions d’utilisation et sa politique de confidentialité. YouTube, Google Drive, ou encore Gmail seront désormais officiellement délivrés via Dublin. Le géant américain y avait déjà son QG européen, on comprend donc pourquoi ce mouvement ne devrait pas impacter la qualité de nos expériences. Deuxième changement, l’antenne dublinoise devient également la responsable légale du traitement des données des utilisateurs de l’espace économique européen. Par conséquent, elle devra répondre aux doléances des clients et des gouvernements de cette zone géographique concernant l’utilisation de leurs informations. Mais le plus…

Le début des ennuis français pour la firme Facebook ? C’est en tout cas dans cette longue marche, que s’engage l’ONG Internet Society France. Après avoir listé sept manquements au règlement général sur la protection des donnés (RGPD), qui selon l’association entrainerait des « atteintes récurrentes aux libertés et à la vie privée », cette dernière a adressé ce jeudi à Facebook, une mise en demeure, qui est donc la première pierre d’une action judiciaire de plus grande ampleur. Les ennuis s’accumulent donc pour Mark Zuckerberg et son réseau social, qui après avoir subi l’affaire Cambridge Analytica, les accusations de prolifération de « fake news » sur son réseau social, et dernièrement le piratage gigantesque de 29 millions de comptes au mois de Septembre, Facebook va peut être devoir s’expliquer sur son réel respect du RGPD, en France. La procédure de l’ONG s’inscrit dans son initiative baptisée « eBastille », qui vise à « encourager les citoyens européens…

Michael Veale, professeur Britannique, a soumis une demande de plainte contre Twitter au DPC (Irish Data Protection Commission). Le réseau est accusé de collecter les données de ses utilisateurs via t.co, son système d’analyse. En effet, utile pour reconnaitre et lutter contre les programmes douteux, ce système peut s’avérer dangereux lorsqu’il interagit dans des discussions privées. Au départ, t.co avait été créé pour raccourcir le contenu des publications limitées à 140 caractères, ce qui n’est plus le cas. Aujourd’hui, il relie et modifie également les messages dans les discussions personnelles. C’est la raison pour laquelle il est susceptible de porter atteinte à la vie privée. En vertu du RPGD (Règlement Général sur la Protection des Données), les citoyens de l’UE ont le droit de demander à une société les données collectées à leur sujet. Lorsque Veale a fait sa demande à Twitter, le réseau a nié en posséder. Ce refus…

Les bandeaux et pop-up avertissant les internautes du dépôt de cookies sur leur ordinateur visent à obtenir leur consentement s’agissant de l’utilisation qui va en être faite. Ils servent à personnaliser l’expérience utilisateur et à faciliter la navigation en enregistrant les actions effectuées. Ca c’est le côté sexy du truc. Dans la pratique, ils servent aussi à des fins marketing pour pousser des publicités contextualisées. N’importe quel professionnel a fait sa petite indigestion d’informations s’agissant du Règlement général sur la protection des données : Emails, articles et livres blancs à but informationnels, myriade de demandes de consentement jusqu’à satiété. C’était et cela reste important. Les pop-up et bandeaux cookies sur les sites sont une des incarnations du droit à l’information et de l’obligation de recueillir de manière clair le consentement de l’internaute s’agissant de l’utilisation de ses données. Certains ont clairement trouvé ça assez pénible pour se dire qu’une extension…

Send this to a friend