Coinbase éprouve quelques difficultés à faire face à la crise des cryptomonnaies. Le 10 janvier 2022, l'entreprise a annoncé qu'elle allait mettre en place un plan de suppression de 950 emplois, ce qui correspond à un cinquième de ses effectifs actuels.

La crise des cryptoactifs motive le plan de suppression de postes de Coinbase

Après une année 2022 compliquée, Coinbase est loin d'avoir sorti la tête de l'eau. Alors la plateforme d'échanges d'actifs numériques avait dû se séparer de 1 100 employés en juin dernier, le PDG de la firme, Brian Armstrong, a annoncé qu'il allait devoir procéder à de nouveaux licenciements. À la fin du mois, il ne restera plus que 3800 employés au sein de la société.

Dans un billet de blog, le dirigeant affirme que « Coinbase est bien capitalisé et la crypto ne va pas disparaître ». Il précise également qu'en « 2022, le marché des cryptomonnaies a connu une tendance à la baisse, tout comme la macroéconomie en général ». La valeur du Bitcoin et de nombreuses stablecoins ont chuté depuis mai 2022.

Plusieurs acteurs du secteur des cryptomonnaies ont connu un véritable déclin. C'est le cas de la plateforme Celsius, mais aussi de la deuxième plus grande place de marché au monde, FTX fondé par Sam Bankman-Fried, qui a fait faillite. Avec ces déconvenues, plusieurs centaines de milliers de personnes à travers le monde ne peuvent plus retirer leurs fonds ou les échanger.

20 % des employés de la plateforme seront licenciés prochainement

C'est en facturant des frais sur les transactions réalisées sur sa plateforme que Coinbase générait de gros revenus. Toutefois, ces revenus se sont effondrés avec la crise, ses utilisateurs réalisant bien moins de transactions qu'auparavant. Ainsi, Coinbase n'a pas pu échapper à cet hiver crypto. En un an et demi, l'action de l'entreprise a chuté de 90 %. Alors qu'elle valait plus de 4 000 euros en avril 2021, l'action est tombée à 400 euros aujourd'hui, pour une capitalisation totale de 800 millions d'euros contre près de 12 milliards à son plus haut.

Brian Armstrong fait également référence à la faillite de FTX dans son communiqué. « Nous avons également subi les retombées des activités d'acteurs peu scrupuleux du secteur, et la contagion pourrait se poursuivre ». Le PDG de Coinbase préfère être prudent et part donc du principe que ses activités vont à nouveau chuter à cause de cette mauvaise publicité autour des plateformes d'échange d'actifs numériques.

Le nouveau plan social devrait coûter entre 140 et 160 millions d'euros à l'entreprise, selon les informations du New York Times qui s'est procuré le document transmis à la Securities and Exchange Commission (SEC). Coinbase a prévu de réduire d'environ 25 % ses dépenses d'exploitation au premier trimestre 2023 par rapport au dernier trimestre 2022. Cette vague de licenciement s'inscrit inévitablement dans toutes celles qui ont touché le secteur de la tech dernièrement.