Sur son site Internet, Walmart est à la recherche d’un employé évoluant dans un domaine inédit pour la firme puisqu’il s’agit d’un expert en cryptomonnaie. Si cela peut paraître anodin, il s’agit d’une nouvelle preuve de la croissance des monnaies numériques dans le monde.

De plus en plus d’entreprises s’intéressent aux monnaies numériques

« En tant que responsable de la monnaie numérique/des crypto-monnaies chez Walmart, vous serez chargé de développer la stratégie de la monnaie numérique et la feuille de route des produits. En tant qu'expert des technologies liées aux devises numériques/crypto-monnaies et à la blockchain, vous conduirez la vision du produit et la feuille de route des capacités. Vous fournirez le leadership nécessaire pour identifier les tendances en matière de technologie et de clientèle et les investissements nécessaires pour tirer parti de ces tendances », écrit le géant du retail sur son offre d’emploi. Le futur salarié, qui devra justifier d’une expérience d’au moins dix ans, sera basé au siège social de Walmart, à Betonville dans l’Arkansas.

L’entreprise américaine emboîte ainsi le pas à Amazon, qui a posté une offre d’emploi similaire à celle-ci au mois de juin. D’ailleurs, d’autres firmes recherchent des personnes expertes en cryptomonnaies ; c’est notamment le cas d’Apple, de PayPal ou encore de la banque JPMorgan Chase, rapporte le média CNBC.

En outre, des enseignes importantes outre-Atlantique, à l’instar de Whole Foods et de Home Depot, ont récemment commencé à accepter les paiements indirects en monnaie numérique, c’est-à-dire à travers des applications qui convertissent ensuite l’argent digital en dollar américain.

Les autorités restent méfiantes

Les cryptomonnaies, à l’image de nombreux secteurs du numérique, ont connu une très forte croissance pendant la pandémie de Covid-19. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si cinquante-cinq des cent plus grandes banques du monde ont investi dans la blockchain ou les cryptomonnaies.

Ce succès n’est pas forcément vu d’un bon œil par les autorités, qui tentent d’agir un peu partout dans le monde : tandis que l’Europe souhaite une meilleure traçabilité des monnaies numériques, la Chine a multiplié les mesures pour les contrer. De même, deux agences américaines ont chacune lancé une enquête sur Binance, la première plateforme mondiale d’échange de cryptomonnaies.

Malgré des efforts de régulation, il semble toutefois que les Bitcoins, Ethereum et autres ne soient pas prêts de disparaître.