La première plateforme d'échange de cryptomonnaies mondiale, Binance, fait l’objet d’une enquête menée par l'Internal Revenue Service (IRS) et le Département de la Justice américain (DOJ). Les deux agences américaines qui travaillent sur le blanchiment d’argent et les infractions fiscales ont réclamé des informations sur le fonctionnement de l’entreprise. En mars 2021, une première enquête à l’encontre de Binance a déjà été lancée par la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), une agence fédérale indépendante chargée de la régulation des bourses.

D’après Bloomberg qui a révélé l’affaire, les détails de l’enquête de l’IRS et du DOJ ne sont pas connus. Il se pourrait que les autorités américaines travaillent sur une affaire ayant eu lieu sur la plateforme ou bien sur l’entreprise elle-même, rien n’est déterminé. Les porte-parole des deux agences n’ont pas répondu aux demandes de commentaire de Bloomberg. De son côté, la CFTC détermine actuellement si la plateforme permet à des Américains de réaliser des transactions illégales. Les enquêtes visant Binance s’inscrivent dans une volonté américaine plus générale de lutte contre l’évasion fiscale et les activités illégales prospérant grâce aux cryptomonnaies.

Le PDG de Binance, Changpeng Zhao, a déclaré que son entreprise suit les législations américaines et utilise des technologies pour détecter les activités illégales. Si ce type d’activité est découvert, les comptes des responsables sont gelés. « Nous avons travaillé dur pour construire un programme de conformité fiable qui comprend des principes de lutte contre le blanchiment d'argent et des outils utilisés par les institutions financières pour détecter et gérer les activités suspectes », explique la porte-parole de Binance, Jessica Jung.

Le cours du Bitcoin chute

Bien que l’IRS et le DOJ se penchent actuellement sur la plateforme d'échange de cryptomonnaies, les agences n’ont pas accusé Binance d’un quelconque fait. Ce qui n’est pas le cas du rapport de la société de conseil en cryptomonnaie Chainalysis. Celle-ci estime qu’en 2019, environ 756 millions sur 2,8 milliards de dollars de transactions illégales en cryptomonnaies sont passés par Binance, soit 27% d’entre elles. Les enquêtes des agences américaines ont été lancées à la suite du rapport de Chainalysis.

Le rapport a également fait réagir Binance. L’entreprise a rappelé qu’elle travaillait justement avec Chainalysis pour améliorer ses systèmes et qu’elle adhérait à toutes les réglementations contre le blanchiment d'argent là où elle opère.