Pour Facebook, les utilisateurs possédant un iPhone devraient pouvoir utiliser Messenger comme application de messagerie par défaut. Ainsi, le réseau social de Mark Zuckerberg aurait expressément demandé à Apple d’ouvrir cette option sur iOS, rapporte The Information.

Quand Messenger rêve de conquérir l’iPhone

Très certainement inspiré par les changements apportés par l’arrivée d’iOS 14 qui permet aux utilisateurs de configurer leur navigateur web et leur client mail par défaut, Facebook a demandé à Apple d’ouvrir la même possibilité aux services de messagerie. L’idée est simple : permettre à Messenger de devenir le moyen de correspondance privilégié par les utilisateurs d’iPhone, réceptionnant ainsi jusqu’aux SMS des utilisateurs et passant devant l’application Messages de la firme à la pomme.

Interrogé par The Information, Stan Chudnovsky, responsable de Messenger chez Facebook, a ainsi expliqué : « Nous pensons que les gens devraient pouvoir choisir différentes applications de messagerie, notamment celles par défaut sur leur téléphone ». Évidemment, pour Facebook une telle option ne présenterait que des avantages, d’autant plus que la fusion des messageries WhatsApp, Messenger et Instagram avance à grands pas. Par ailleurs, notons que sur Android, les utilisateurs ont d’ores et déjà la possibilité de choisir leur application de messagerie par défaut.

Apple répondra-t-il favorablement à cette demande ?

Si Facebook semble sûr et certain de la légitimité de sa demande, il est peu probable qu’Apple la voit d’un bon oeil. En effet, l’application iMessages est un argument fort de vente pour l’iPhone, et la firme pourrait se tirer une balle dans le pied en permettant à ses utilisateurs de choisir d’autres services de messagerie par défaut.

D’un autre côté, la firme à la pomme est également sous pression et épiée de près par les gouvernements du monde entier pour ses supposées pratiques anti-concurrentielles, notamment en ce qui concerne son App Store et sa fameuse taxe des 30%. En choisissant de ne pas ouvrir cette option permettant de sélectionner un service de messagerie par défaut, elle risquerait d’ajouter des arguments en sa défaveur.

Sans aucun doute, Facebook a bien choisi son moment pour exprimer sa requête à Apple. Reste à savoir comment la firme de Cupertino réussira à gérer cette affaire qui sera, très certainement, une nouvelle source de tension entre les deux entreprises.