Epic Games et Match Group ont décidé de s’associer le 17 juin à Spotify, Netflix, Rakuten et d’autres pour protester contre la politique d’achat in-app de l’App Store. Cela commence à faire beaucoup pour Apple, la veille la Commission européenne annonçait ouvrir une enquête pour pratique anticoncurrentielle justement sur l’App Store.

Les 30% de la discorde

Epic Games l’éditeur de Fortnite, Match Group propriétaire de Tinder, OkCupid, Meetic, joignent leurs voix à Spotify, Netflix, Rakuten, contre Apple. L’objet de leurs courroux ? Les 15% à 30% que prélève Apple à chaque achat via une application présente sur l’App Store et l’interdiction de mettre en place d’un système de paiement alternatif. Pour Rakuten et Spotify, il s’agit ni plus ni moins de pratiques anticoncurrentielles, Apple Books et Apple Music n’ayant pas de taxe à verser.

Ces réactions suivent l’annonce d’une enquête par l’Europe sur le sujet. Elles pourraient également avoir été déclenchées par la déclaration cinglante d’Apple, « Il est décevant que la Commission européenne avance des plaintes sans fondement de la part d’une poignée d’entreprises qui veulent simplement un cadeau ».

Avec Match Group, la poignée d’entreprise continue de s’élargir. Pour la société spécialisée dans les applications de rencontre, l’App Store utilise sa position dominante pour faire payer plus et de façon arbitraire. La société s’est, cependant, déclarée prête au dialogue, « Nous attendons d’en discuter avec Apple et de créer une répartition équitable des frais sur l’ensemble de l’App Store, ainsi qu’avec les parties intéressées dans l’UE et aux États-Unis ».

Des entreprises négocient des accords avec Apple

La mention de « l’ensemble de l’App Store » est loin d’être anodine. Certains bénéficient d’une exemption spéciale, négociée avec Cupertino. Les applications de covoiturage, Airbnb et, par exemple, Amazon Prime Vidéo. Sur Twitter le fondateur d’Epic Games, Tim Sweeney, a commenté l’annonce de l’enquête en rejetant catégoriquement la possibilité d’un accord, « Ici, Apple parle d’égalité des chances. Pour moi, cela signifie : tous les développeurs d’iOS sont libres de traiter les paiements directement, tous les utilisateurs sont libres d’installer des logiciels de n’importe quelle source. Dans cette entreprise, Epic ne cherchera ni n’acceptera un accord spécial juste pour nous. ».

Pour le moment Apple reste ferme sur ses positions et ne manifeste aucune intention de changer ou d’assouplir son système de paiement in-app. Cette position pourrait devenir plus difficile à soutenir face la pression conjointe des sociétés soumises à cette « taxe Apple » et des régulateurs des deux côtés de l’Atlantique.