Tesla pourrait geler ses embauches et licencier 10% de son personnel selon un courriel interne envoyé le 2 juin, signé Elon Musk et consulté par Reuters. Le directeur général du constructeur automobile rapporte avoir un « très mauvais pressentiment » sur la situation économique mondiale. Son cas est loin d’être isolé.

Tesla fait le ménage

Le titre du mail adressé aux cadres de Tesla est explicite, « mettre en pause toutes les embauches dans le monde entier ». Le message ne contient pas de précision sur les sites ou les postes concernés. Avant ce texte, Tesla proposait environ 5000 offres d’emploi sur Linkedin sur ses différentes implantations autour du globe.

Selon le dépôt annuel de Tesla au gendarme de la bourse américain, la Securities and Exchange Commission (SEC), l’entreprise et ses filiales représentaient 100 000 salariés fin 2021. Elon Musk dans la même semaine avait déjà annoncé à ses employés qu’il licencierait sans hésitation ceux qui refuseraient d’abandonner le télétravail.

Tesla a l’habitude de licencier massivement, c’est presque une culture d’entreprise : en octobre 2017, des centaines d’employés ont perdu leur emploi, 9% du personnel en juin 2018, 7% en janvier 2019…

Toutefois la décision d’Elon Musk pourrait avoir des ressorts plus profonds, être liée à un ralentissement généralisé de l’économie. Les États-Unis connaissent l'inflation la plus forte depuis 40 ans. Une situation synonyme d’une augmentation du coût de la vie pour les Américains et par répercussion d’une baisse de la consommation.

Pour l’instant, Tesla est relativement épargné par ces signaux préoccupants. Au premier trimestre, le constructeur a enregistré 3 milliards de dollars de profits. Cette dynamique pourrait cependant s’enrayer. L’entreprise peine à redémarrer la production de ses usines de Shanghai, à peine sorties d’un confinement extrêmement strict. Les analystes prévoient déjà une baisse des  ventes de véhicules.

Les nuages noirs s’accumulent sur l’économie américaine

Elon Musk lui-même a déjà fait part de son pessimisme pour les mois à venir. Lors d’une conférence à Miami, mi-mai, il a déclaré « Je pense que nous sommes probablement en récession et que cette récession va s'aggraver ». Il rejoint les projections de Jamie Dimon et John Waldron, respectivement PDG de JPMorgan & Chase et de Goldman Sachs. Le premier est particulièrement sombre, « un ouragan est en train de déferler droit sur nous ».

Tesla n’est que la dernière d’une longue liste d’entreprises de la Tech ayant décidé de geler ses recrutements ou de licencier. Meta, Microsoft, Coinbase, Snapchat, Uber ont suspendu les embauches. Netflix, PayPal, Peloton, ont choisi de se séparer d’un certain nombre d’employés.