Dans un e-mail envoyé à ses salariés, le patron de Tesla a exprimé sa volonté de voir ses équipes revenir travailler au bureau. Elon Musk leur demande de stopper immédiatement le télétravail et de venir faire leurs « 40 heures de travail par semaine au bureau, ou quitter Tesla ».

Retour au bureau obligatoire chez Tesla

Sur le sujet du travail à distance, Elon Musk a été très ferme. À contre courant d'une tendance de fond, celle du télétravail et d'un mode de collaboration entre l'employé et l'entreprise basé sur la confiance, le patron de Tesla veut obliger ses salariés à revenir au bureau. Il a déclaré que « toute personne qui souhaite faire du travail à distance doit être au bureau pour un minimum (et je dis bien un minimum) de 40 heures par semaine ou quitter Tesla ». Un message sans ambiguïté, qui ne laisse évidemment pas beaucoup de place pour le télétravail.

L'e-mail précise qu'Elon Musk examinera et approuvera « au cas par cas la situation de ceux qui ne pourraient pas atteindre le minimum d'heures indiqué ». Quelques jours après l'envoi de cet e-mail à ses équipes, le milliardaire a été totalement transparent et n'a pas souhaité en nier l'authenticité. Il a répondu à plusieurs internautes pour appuyer sa vision des choses sur le sujet. Selon lui, c'est une question d'équité avec les équipes des usines : «les 40 heures de présence obligatoire au bureau sont de bien meilleures conditions que celles que nous pouvons offrir aux employés des usines ».

Le culte de l'excellence selon Elon Musk

Quelques jours plus tard, Elon Musk a envoyé un second e-mail pour justifier sa décision. Le média Electrek, a pu le consulter. Le patron de Tesla met en avant la culture d'excellence de l'entreprise. Il explique que « plus vous progressez dans l'entreprise, plus votre présence doit être visible. Il y a bien sûr des entreprises qui n'exigent pas cela, mais je peux vous assurer qu'elles n'ont pas le même niveau d'exigence que nous ». Alors que nous savons désormais que le télétravail a un impact positif sur les salariés, plusieurs grandes entreprises obligent leurs équipes à revenir au bureau.

Google a par exemple expliqué que le retour au bureau avait un impact positif sur la compétitivité d'une entreprise. Selon le géant américain, les échanges physiques entre collègues sont indispensables bien faire fonctionner une entreprise. L'entreprise a même menacé les télétravailleurs de voir leur salaire baisser. D'autres continuent de prôner un modèle hybride. C'est le cas de Twitter. Il y a quelques mois, le CEO Parag Agrawal avait indiqué que malgré la réouverture des bureaux, les salariés pouvaient toujours travailler à domicile s'ils le souhaitaient.