Le Nigeria a lancé le 25 octobre sa propre monnaie numérique de banque centrale (MNBC), le eNaira, le 25 octobre. Selon un porte-parole de la Banque centrale, après trois semaines, le taux d’adoption est « excellent » avec 488 000 téléchargements de l’application utilisée comme portefeuille numérique. 62 millions de l'eNaira, environ 150 000 dollars, ont été échangés et 78 000 commerçants se sont inscrits.

Les MNBC progressent partout dans le monde

Si le Ghana teste sa propre MNBC, le e-Cedi, le président nigérian, Muhammadu Buhari, n’a pas manqué de souligner lors du lancement, « Nous sommes devenus le premier pays d'Afrique et l'un des premiers au monde à introduire une monnaie numérique pour nos citoyens ».

Selon les données d’Atlantic Council, sept pays au monde ont déjà lancé leur propre MNBC, pour la plupart des îles de la mer des Caraïbes. Des tests grandeur nature sont en cours en Chine ou en Ukraine, tandis que d’autres comme la France et le Japon sont en train de développer des projets de MNBC.

Carte du monde niveau developpement MNBC

Le niveau de développement des MNBC à travers le monde. Crédit : Atlantic Council

En parallèle de cette tendance, des pays comme le Salvador ou Cuba ont préféré faire du Bitcoin une monnaie officielle. Une option exclue au Nigeria : la banque centrale soupçonne de longue date l'usage de cryptomonnaie destiné à blanchir l’argent du terrorisme. Le nord-est du pays fait face depuis plusieurs années aux actions du groupe Boko Haram et à l’ISWAP, un groupe affilié à Daesh, devenu prépondérant.

Au Nigeria comme ailleurs, le succès des cryptomonnaies est lié à la situation économique locale

L’eNaira a été pensée comme une alternative aux cryptomonnaies où elles sont extrêmement populaires. Le Nigeria est le troisième pays au monde de cryptomonnaies en termes d’utilisateur. Selon Paxful, place de marché Bitcoin peer-to-peer, entre 2017 et fin 2020, 60 215 bitcoins ont été échangés pour une valeur totale de 3,9 milliards de dollars.

Comme beaucoup de pays dans une situation similaire, cette appétence pour les cryptomonnaies s’explique par des facteurs économiques locaux. Bien que Le Nigeria soit le pays le plus riche d’Afrique, sa monnaie officielle, le Naira est déprécié depuis plusieurs années. Les cryptomonnaies ont également cet avantage de faciliter les transferts de fonds entre le pays et sa diaspora. L’eNaira a encore du chemin à parcourir pour faire figure d’alternative crédible et pratique aux cryptomonnaies classiques.