La Bank of Japan a annoncé (pdf) le 5 avril le lancement d’un test grandeur nature pour sa monnaie numérique de banque centrale (MNBC). L’objectif est de mettre en circulation dans un cadre restreint le yen numérique, afin de s’assurer que tous les éléments sont réunis pour manipuler cette devise. Le projet du pays démarre aujourd’hui, pour une durée d’un an.

Bien que le Japon soit un pays où le cash, malgré la crise sanitaire, reste encore très utilisé, ce test confirme ses ambitions de lancer sa monnaie numérique. « Nous voulons créer un cadre qui puisse rendre les différentes plateformes mutuellement compatibles » expliquait Hiromi Yamaoka, président du groupe de réflexion formé l’année dernière, constitué des trois plus importantes banques du Japon.

Dans la même catégorie

La banque centrale nipponne ne détaille cependant pas ses projets à long terme. Ainsi, le yen numérique pourrait très bien n’être utilisé qu’entre banques, et ne jamais circuler entre les comptes de professionnels ou de particuliers. Cette approche est possible pour l’ensemble des pays qui souhaitent instaurer une MNBC, elle permet de transférer des fonds de manière quasi instantanée, tout en bénéficiant de frais moins importants.

En début d’année, 86% des banques centrales étaient engagées dans un projet de création de monnaie numérique. En 2019, seules 35% avaient entamé des réflexions. Si la Chine avance à pas de géants sur le yuan numérique (DCEP), à quelques exceptions près, les autres pays restent très en retard. Le Japon avait alors pressé le G7 à définir des règles pour encadrer les MNBC. Peut-être de peur que la DCEP ne vienne malmener le dollar…