Tencent a présenté ses résultats (pdf) du troisième trimestre 2021 le 10 novembre. La croissance a beau être rendez-vous, elle se situe à des niveaux significativement faibles. Son bénéfice net est en augmentation de 2,5%, la plus fragile depuis deux ans. Côté chiffre d’affaires, la croissance de 13% est la plus lente depuis l’entrée en bourse de l’entreprise en 2014, inférieure aux estimations des analystes pour la première fois.

Tencent victime de la vague répressive chinoise sur le numérique

L’explication de ces résultats en demi-teinte n’est pas à rechercher bien loin, Tencent, comme les autres entreprises du numérique en Chine subie les conséquences de la répression des autorités.

En août, la Chine a limité le temps de jeu en ligne des mineurs à 3 heures par semaine, de 20h à 21h, le week-end ou les jours fériés. Dans le but de démontrer sa bonne volonté à Pékin, Tencent a mis en place un système de reconnaissance faciale pour identifier les jeunes joueurs. En septembre les mineurs représentaient 1,1% de ses revenus, contre 4,8% l’année précédente.

Ces restrictions sont forcément problématiques pour Tencent, le premier éditeur de jeu vidéo du monde tire la majorité de ses revenus de ce secteur. Ils ont augmenté de 8% en 2021 contre 45% l’année précédente. Honor of Kings, Call of Duty et Moonlight ont permis une croissance de 5% sur le marché chinois, à 5,2 milliards de dollars. À l’étranger, clairement identifié pour la première fois dans les résultats trimestriels, l’augmentation est de 20%, tirée par Valorant et Clash of Clans, pour 1,8 milliard de dollars au total.

Autre difficulté pour l’activité jeu vidéo de Tencent, les régulateurs chinois n’ont approuvé aucune licence pour de nouveaux jeux depuis juillet. South China Morning Post note qu’il s’agit du plus long gel de sortie depuis une interruption de 9 mois en 2018.

Les deux piliers de l’entreprise, jeux vidéo et réseaux sociaux, frappés de plein fouet

L’autre pilier de Tencent, son réseau social au 1,2 milliard d’utilisateurs, WeChat et son écosystème, est affecté. Plusieurs applications de la plateforme ont été sommées de se plier aux nouvelles réglementations de Pékin sous peine de disparition pure et simple. La création de comptes sur WeChat a même été bloquée un temps.

Le géant du numérique a été forcé d’ouvrir son service à ses concurrents comme ByteDance ou Alibaba, sur injonction de Pékin. Le plus inquiétant pour le chiffre d’affaires de Tencent est ailleurs. La limitation drastique des activités du secteur éducatif privé par l’Empire du Milieu a un impact négatif sur les revenus publicitaires de la plateforme. L’éducation privée était l’un des principaux annonceurs du pays.

Les revenus publicitaires ont tout de même augmenté de 5% au troisième trimestre 2021 par rapport au 2020. Une croissance jugée insuffisante, alors que les responsables de Tencent ont prévenu que la situation devrait perdurer durant plusieurs trimestres.

L’espoir d’un horizon plus clément

La société est en train de diversifier ses activités pour maintenir sa position dominante malgré cette passe difficile. Le chiffre d’affaires des services financiers et commerciaux affiche une belle progression de 30%, à environ 6,8 milliards de dollars. Début novembre, l’entreprise a également annoncé la conception de trois semi-conducteurs maison et poursuit son expansion dans le secteur cloud.

Ces notes d’espoir seront-elles suffisantes pour rassurer les investisseurs ? Tencent, côté à Hong Kong, a perdu 127 milliards de dollars de valeur boursière en 2021. Les plus hauts responsables de la société, bien obligés de saluer les efforts réglementaires de Pékin pour éviter un sort à la Jack Ma, se veulent rassurants.

Martin Lau, président de la société, a expliqué que « l'impact sur le secteur sera de moins en moins important au fil du temps ». En 2021, Pékin a tapé à tout va et sans prévenir ses entreprises numériques jusque-là habituées à une absence de réglementation. Peu à peu, les nouvelles lois se mettent en place, telles que le PIPL sur la protection des données. Au fur et à mesure, les règles du jeu sont dévoilées, les acteurs du secteur sauront à quoi s’en tenir pour éviter les foudres des autorités.