Après Huawei, TikTok est-il le nouvel ennemi numéro 1 des États-Unis ? Depuis peu, l’application a du souci à se faire, car elle est de nouveaux dans le viseur des autorités américaines. D’autant plus que l’administration Trump envisagerait de bannir un certain nombre d’applications chinoises, dont la préférée de bien des adolescents dans le monde.

Les plans des États-Unis pour bannir TikTok

Il semblerait que ByteDance, la société mère de TikTok se fasse du souci pour son petit protégé, car il ne cesse d’être épinglé. Bannie en Inde, elle pourrait prochainement l’être également aux États-Unis, de manière générale puisque l’utilisation de l’application est dors et déjà bannie sur les smartphones des différentes armées. Afin de limiter les reproches, l’application a, de son côté, fait de premiers efforts et a notamment supprimé 49 millions de vidéos pour « violation de contenus ». Cela ne semble pas suffisant cependant pour Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, qui a dévoilé quelques détails de la possible future interdiction de l’application.

Dans la même catégorie

La semaine passée, le secrétaire d’État a indiqué que l’interdiction de TikTok était « quelque chose que nous examinons ». Nous avons désormais plus de détails, grâce à The Verge, sur les projets de l’administration américaine. L’objectif semble très clairement d’interdire l’application. Et pour cause, le secrétaire d’État a comparé l’application de divertissement à Huawei, contre qui les États-Unis ont une grande dent.

Dans les faits, l’administration Trump pourrait donc demander au département du Commerce du pays d’ajouter TikTok sur la liste des entreprises avec qui il est nécessaire de limiter les liens commerciaux. D’un point de vue pratique, et si TikTok venait à être bannie, alors les États-Unis pourraient utiliser la même méthode que l’Inde. C’est à dire qu’ils appliqueraient des interdictions directement au niveau du réseau. La communication entre les serveurs de l’application et ceux des utilisateurs serait ainsi impossible.

L’interdiction de l’application est jugée comme un acte juridiquement douteux

Le directeur de la politique technologique du Center for Strategic and International Studies, James Lewis, affirme que cette potentielle interdiction de TikTok est un acte « extrême, inhabituel et juridiquement douteux ». Selon lui, l’administration Trump « pourrait les sanctionner mais généralement, la sanction est liée à des violations commerciales ou à l’espionnage, la prolifération ou au vol de propriété actuelle ». Or là, il est plutôt question d’un non respect de règles quant à la protection des utilisateurs et des contenus.

Si un ordre d’interdiction était donné, il serait donc très rapidement contré devant la justice. L’interdiction de l’application chinoise ne semble donc pas être pour tout de suite.