Les problèmes de TikTok font autant de bruits que sa popularité en ce moment. L’application est de nouveau dans le viseur des autorités américaines, cela alors qu’elle vient tout juste d’être bannie d’Inde. Globalement, ses probables liens avec le gouvernement chinois lui sont reprochés.

L’application chercherait à prendre ses distances avec la Chine

Entre les cadres supérieurs de l’application TikTok et les responsables de sa société mère, ByteDance, les conversations sont nombreuses. Il est notamment question de créer un siège social en dehors de la Chine pour l’application de vidéos courtes, tout comme former un nouveau conseil d’administration. Avec ces mesures, il s’agirait concrètement d’imposer une distanciation entre l’activité du réseau social et son pays d’origine.

L’objectif avec ces mesures serait d’apaiser les tensions observées dans plusieurs pays, dont les États-Unis. En effet, TikTok y connaît actuellement un succès fulgurant, succès qui n’a fait que s’accroître avec le confinement. Seulement, le souci est que cette application est soumise à de plus en plus de pressions réglementaires, cela car une surveillance exercée par la Chine, par le biais de l’application n’est pas exclue.

TikTok va-t-il surprendre les autorités qui s’inquiètent à son sujet ?

Il y a peu de temps, TikTok surprenait bon nombre de personnes en se positionnant aux côtés de Google, Facebook et Twitter pour ne plus fournir de données au gouvernement de Hong Kong. Ainsi, il n’est pas impossible qu’une nouvelle prise de position ait prochainement lieu, pour prendre encore plus de distance vis à vis de la Chine.

Pour l’heure cependant, les discussions sur les possibles modifications ne font que débuter mais comme le souligne le Wall Street Journal, la création d’un conseil d’administration indépendant de l’application serait une bonne chose pour que TikTok soit à l’avenir plus indépendant vis à vis de sa société mère.

Enfin, si TikTok n’a, à cette heure, pas de siège social à l’échelle mondiale. Depuis mai, l’application peut compter sur Kevin Mayer, son nouveau directeur général mais il reste encore à déterminer d’un lieu qui pourrait représenter, de façon officielle, l’entreprise.