En France, Huawei a fait appel à Qwant pour ses nouveaux smartphones de la gamme P40. Cela est sans doute au fait que le constructeur chinois est désormais privé des services de Google. Et pour cause, les États-Unis ont banni Huawei depuis de nombreux mois désormais. Cette décision empêche les entreprises américaines, dont Google, de travailler avec l’entreprise chinoise. Les interdictions émises à l’égard de Huawei pourraient, selon le Wall Street Journal, devenir encore plus contraignantes prochainement.

L’administration Trump voudrait freiner Huawei

Dans les faits rapportés par les médias, plusieurs sources indiquent que l’objectif des responsables au côté de Trump serait de freiner et d’empêcher autant que possible l’approvisionnement de Huawei auprès de ses fournisseurs hors de Chine.
La stratégie du gouvernement américain consisterait donc à appliquer des changements au Foreign Direct Product Rule. Il s’agit en fait d’une loi américaine portant sur la réglementation des produits basés sur des technologies américaines, mais construits à l’étranger.

Dans la même catégorie

À priori, l’idée de la Maison Blanche serait donc d’interdire à toutes les entreprises étrangères, ayant recours aux technologies américaines, de fournir Huawei sans licence particulière accordée par les USA. Selon le WSJ, l’entreprise TSMC est la principale structure visée. C’est elle qui fabrique et fournit au chinois les puces Kirin. En somme, les États-Unis veulent désormais freiner la production de Huawei de façon sérieuse.

Les tensions entre les USA et la Chine ne sont pas près de s’apaiser

Les potentielles décisions de la Maison Blanche pourraient ne pas être une très bonne idée. Car même si le souhait des États-Unis est d’empêcher Huawei de se servir des technologies de son pays, cette fois cela pourrait avoir plus de conséquences sur les entreprises américaines que sur Huawei. On imagine aisément Huawei trouver des alternatives, et indirectement impacter la sollicitation de technologies américaines.

Depuis plusieurs semaines maintenant, Trump entretient la mauvaise ambiance entre les deux pays, en qualifiant le Covid-19 de “virus chinois” et en accusant le pays d’avoir mal géré la crise sanitaire. En plus des accusations d’espionnage porté à l’encontre du pays, nul doute que la Chine et les États-Unis sont désormais loin de redevenir des pays amis.