Après avoir été l’épicentre de la pandémie pendant plusieurs semaines, l’Italie semble se relever doucement de la crise du Covid-19. Le pays vient d’officialiser le lancement d’Immuni (pour immunitaire en français), une application qui fonctionnera grâce à la technologie développée par Google et Apple.

Pour Immuni, l’Italie choisit Apple et Google

Le service de traçage numérique du pays sera testé dans quatre grandes régions de l’Italie dès la semaine prochaine : la Ligurie, les Abruzzes, la région des Marches et les Pouilles. L’application sera ensuite disponible à travers l’ensemble du pays. Contrairement à la France, l’Italie a décidé de faire confiance à la technologie développée par Apple et Google. C’est également le choix du Royaume-Uni qui va laisser le National Health Service collaborer avec les deux GAFA.

Les deux géants technologiques ont développé une API de « contact tracing » pour la mettre à disposition des développeurs, à la fois iOS et Android. Cependant, selon Cédric O : « StopCovid sera la seule application totalement intégrée dans la réponse sanitaire de l’État français. Cela ferme le débat ». C’est une question de souveraineté numérique d’après le secrétaire d’État chargé du numérique. Le gouvernent italien ne partage pas le même avis et décide de faire confiance à Apple et Google.

La question de l’utilité se pose

Après l’application suisse, Immuni sera officiellement l’une des premières applications à tirer profit de l’API de « contact tracing » des deux géants américains. Le pays est l’un des pays où la pandémie a fait le plus de dégâts avec environ 33 500 victimes. Si la situation semble s’améliorer, l’application sera là pour veiller au grain et rassurer les habitants. Peut-être justement qu’elle n’aura qu’un effet placebo. C’est en tout cas ce que l’on peut penser quand on écoute les retours des pays ayant déjà mis en place un tel système de suivi numérique.

En Islande, même si 40% de la population a installé Rakning C-19, l’équivalent de notre StopCovid, les autorités estiment que l’app n’est pas d’une grande utilité. C’est le même constat en Australie où plus de 6 millions de personnes ont déjà installé COVIDSafe. Malgré cela, seul un cas de Covid-19 positif a pu être identité. C’est décevant et on peut penser que le constat sera le même en Italie et en France. Comme dans beaucoup d’autres pays, l’application Immuni ne sera pas obligatoire. Une enquête menée à la fin du mois de mai laisse penser que seulement 44% des Italiens pourraient accepter de télécharger l’application.