Au Royaume-Uni aussi, les géants de la tech auront un rôle à jouer. Selon le Times, Apple et Google vont collaborer avec le National Health Service (NHS), système de santé publique du Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni va collaborer avec les géants de la tech

Aux États-Unis, le gouvernement a déclaré le 30 mars qu’il allait collaborer avec Facebook pour analyser la propagation du virus et tenter de la maîtriser. Apple et Google se joignent également à ce mouvement pour fournir des données à l’administration Trump. Le gouvernement a donc choisi de s’allier aux géants de la tech plutôt qu’aux opérateurs télécom. Au Royaume-Uni, le même modèle pourrait bien être choisi. Le Times a révélé qu’Apple et Google travaillaient avec le service national de santé britannique sur une application pour suivre les personnes qui ont côtoyé des malades du Covid-19.

L’application développée par le National Health Service utilisera une technologie Bluetooth. Ainsi, un individu pourra recevoir une notification lorsqu’il a été en contact avec une personne infectée. Une notification incitative pour se faire tester pourrait même être envoyée à ces mêmes personnes. Selon le gouvernement britannique, les technologies déployées par Apple et Google pourraient permettre d’accélérer une sortie de confinement. Les ministres ont d’ores et déjà ordonné le développement de cette app.

Matt Hancock, secrétaire d’État chargé de la santé au Royaume-Uni, a lui-même confirmé qu’une application était en cours de développement. Il précise par ailleurs qu’une version bêta de cette application sera testée dans une région du nord de l’Angleterre, dès la semaine prochaine. Deux types de notifications seront envoyées aux utilisateurs : une alerte jaune sera envoyée aux habitants du Royaume-Uni qui pensent être atteints du Covid-19. Les personnes qui ont été testées positives recevront une alerte rouge, les incitant à s’isoler pendant 14 jours.

La France se prépare aussi au traçage numérique

Une application similaire pourrait bien voir le jour en France dans les jours qui arrivent. Baptisée StopCovid, cette application basée sur le volontariat devrait permettre de localiser les personnes infectées par le virus. La Cnil se veut rassurante : StopCovid respectera les libertés individuelles et ne collectera pas vos données. Quoi qu’il arrive, la commission rappelle que la directive e-privacy et le RGPD prévoient, au niveau européen, des limites à ne pas dépasser.

D’ici quelques jours, le gouvernement français pourrait bien annoncer le lancement de cette application. Basée sur le volontariat de la population, l’app StopCovid devra être massivement adoptée par les français pour que ses effets se fassent sentir. Espérons que la population prenne la mesure de la gravité de la situation et adopte cette solution de traçage numérique.