Les concurrents chinois à Tesla continuent de se multiplier en 2023. D’après le South China Morning Post (SCMP), Xiaomi prévoit de lancer une berline similaire au Model 3 de l’entreprise d’Elon Musk d’ici la fin de l’année. Ce nouveau véhicule aura la difficile tâche de se faire une place sur un marché chinois surpeuplé.

La concurrence sera rude pour Xiaomi

En mars 2021, Xiaomi a dévoilé un plan de développement d’une voiture électrique. Un an plus tard, l’entreprise a annoncé un investissement de 10 milliards de yuans (1,4 milliard d’euros) sur 10 ans. En octobre dernier, le fondateur et directeur général de l’entreprise,Lei Jun, a souligné qu’il avait pour objectif d'expédier plus de 10 millions de véhicules par an. Un objectif très ambitieux : aujourd’hui BYD, la plus grosse marque chinoise, vend 1,8 million de modèles annuellement dans le monde.

La voiture devrait être commercialisée entre 35 000 et 40 000 euros. À titre de comparaison, la Model 3 de Tesla est commercialisée à 31 000 euros sur le marché chinois. Concernant, l’autonomie du véhicule de Xiaomi, elle bénéficiera des batteries lithium de BYD, considérées comme les meilleures de l’Empire du Milieu. Le futur constructeur automobile a également prévu d’inclure des capteurs Lidar, Xiaomi dispose déjà d’une entreprise spécialisée dans ce domaine qui devrait demander prochainement une introduction en Bourse aux États-Unis. La voiture bénéficiera de puces Orin de Nvidia, elle permettra d’installer des logiciels de divertissements et d’aide à la conduite. Sa puissance pourrait être utilisée à l’avenir par Xiaomi pour utiliser la conduite autonome.

Selon un analyste indépendant à Shanghai, Gao Shen, contacté par le SCMP, « le premier modèle de Xiaomi ne sera pas considéré comme un succès s’il ne bat pas le Model 3 en termes de performances et de prix ». D’après lui, le marché espère que le nouveau véhicule de Xiaomi réduira considérablement les parts de la société d’Elon Musk, actuellement de 12 %.

À l’instar des autres grandes entreprises technologiques chinoises comme Baidu ou Huawei, Xiaomi cherche à étendre ses secteurs d’activité. Les véhicules électriques sont perçus comme l’un des plus rentables d’ici 2030. Selon les prévisions, trois nouvelles voitures sur cinq en Chine seront électriques à l’orée de la prochaine décennie.

Ces estimations provoquent une véritable ruée vers ce marché. Aujourd’hui ce sont plus de 200 constructeurs qui n’hésitent pas à dépenser des milliards de yuans en recherche et développement afin de s’imposer. Pourtant, les trois principaux constructeurs chinois de véhicules uniquement électriques, Nio, Xpeng et Li Auto, n’ont toujours pas réalisé de bénéfices depuis leurs lancements dans les années 2010.

Pour cette année, les experts prévoient une augmentation des ventes de 30 % des voitures électriques par rapport à 2022 et atteindre les 8,4 millions d’unités en Chine. Une croissance bien en deçà de celle des ventes entre 2022 et 2021, le marché avait bondi de 114%. Ce ralentissement pourrait être la conséquence de deux problèmes majeurs : la crainte d’une récession économique chinoise et la future suppression des bonus écologiques pour les modèles hybrides et électriques envisagée par le gouvernement.