Le protocole Matter, permettant l’interopérabilité des objets connectés, a été lancé ce jeudi 3 novembre à Amsterdam. Un événement a été organisé par la Connectivity Standard Alliance (CSA), cette alliance regroupant plus de 500 constructeurs comme Samsung, Google, Apple souhaite rendre les objets connectés compatibles ensemble.

Un protocole pour améliorer la gestion des maisons intelligentes

La première version de Matter est sortie depuis un mois. Le principe initial de ce nouveau protocole est de simplifier l’environnement des objets connectés avec une seule application pour les contrôler tous. Depuis dix ans, les différentes marques créent leurs propres applications pour contrôler leurs produits. Matter permet, par exemple, de contrôler les lumières Philips Hue de son salon avec son Amazon Echo.

Matter permet aussi aux marques de répondre aux nouvelles normes européennes de cybersécurité. Le protocole utilisera la blockchain pour certifier la provenance des objets et leur sécurité. Le standard offre également un paramétrage initial facilité, un choix de l'assistant vocal utilisé, ainsi qu’une plus grande indépendance des appareils vis-à-vis des connexions à Internet.

Lors de l’événement aux Pays-Bas, les entreprises ont mis Matter à l'œuvre avec un Google Nest Hub contrôlant une prise intelligente Eve Energy ou encore une ampoule Wiz fonctionnant avec Apple Home. Plus de 190 appareils sont en cours de certification ou le sont déjà a annoncé la CSA.

Le rêve Matter doit encore faire face à de nombreux obstacles avant de devenir réalité

Matter n’est que le début d’un long chemin avant que les accros de la domotique puissent entièrement faire interagir leurs objets ensemble. Le protocole a encore des faiblesses assez conséquentes. Les appareils ne gardent pas leurs noms entre les différentes marques. Une lumière dans la salle de bains s’appelant « Miroir » pour Google, aura le nom de « lumière 1 » pour les objets d’Apple. L’utilisateur devra changer le nom pour chaque interface.

De plus, les réseaux classiques ethernet et wifi ne sont pas optimaux pour l'interopérabilité des objets. La CSA a développé un nouveau réseau appelé « Thread » pour résoudre ces difficultés. Le problème est qu’Apple, Google, Amazon et tous les constructeurs doivent partager leurs informations d’identification pour rendre ce réseau fonctionnel. Seuls Amazon et Samsung ont, pour le moment, communiqué sur un travail commun sur ce sujet. Google vise en collaboration avec le géant coréen un système de super administrateur.

D’ici mi 2023 jusqu’à début 2024, les marques veulent s’adapter à ces nouvelles normes pour s’intégrer à l’environnement. Amazon a déclaré qu’il ne lancerait ses appareils Matter qu’à partir de 2023, alors que Google n’a toujours pas dévoilé quand il souhaitait mettre à jour ses objets. De plus, les applications iOS d’Alexa et de Google Home ne sont pas compatibles avec le standard. La seule possibilité, en 2022, pour les clients de la marque à la pomme est d'utiliser Apple Home. Matter offre de belles perspectives pour les maisons de demain, mais devra continuer d’être renforcé pour résoudre les problèmes qui apparaîtront au fur et à mesure des années.