SoftBank investit près de 150 millions de dollars dans le métavers de Naver, baptisé Zepeto, selon les informations du Wall Street Journal. La plateforme sud-coréenne est surtout utilisée en Asie, par de jeunes filles. Son principe est notamment la vente d’articles de haute couture numériques, que les utilisateurs peuvent acheter pour en revêtir leurs avatars. Plusieurs grandes sociétés de luxe ont signé des accords pour intégrer ce monde numérique.

Zepeto, le métavers de la mode

Naver est une entreprise sud-coréenne spécialisée dans l’informatique, qui possède notamment un moteur de recherche du même nom. Sa plateforme Zepeto est accessible via une application disponible sur la plupart des stores. Il s’agit du métavers le plus populaire en Asie, avec environ 2 millions d’utilisateurs actifs quotidiens revendiqués.

Le principe est simple : les utilisateurs numérisent une photo d’eux, afin de créer un avatar réaliste, et de se balader dans les mondes virtuels proposés par la plateforme, et discuter avec d’autres personnes. Plusieurs mondes, événements et espaces numériques peuvent être parcourus, comme des maisons hantées, ou encore des mariages dans de vastes jardins.

D’autres contenus sont proposés, et attirent la majorité des utilisateurs. Son attraction repose sur la mode virtuelle. Il est en effet possible d’y acheter des vêtements de créateurs. La plupart sont indépendants, mais de grandes maisons de haute couture ont déjà signé des partenariats pour proposer leurs collections, comme Gucci, Ralph Lauren, et Dior. Des personnalités sont également présentes dans ce monde, comme Selena Gomez, ou les groupes de K-pop BTS et Blackpink. Des stars, qui peuvent aussi vendre des produits exclusifs, et organiser des rencontres avec les fans. Il devient ainsi possible pour ces derniers de croiser les avatars de leurs idoles, et de porter virtuellement les mêmes vêtements.

Les chanteuses de Blackpink et Selena Gomez sont présentes sur Zepeto, proposant des articles à vendre et des rencontres avec les fans. Image : Blackpink.

Un modèle économique efficace

L’économie de la plateforme, c'est certainement ce qui a dû attirer SoftBank. Elle repose sur les ventes de produits de haute couture, qui ne coûtent généralement que quelques dollars. Actuellement, 1,5 milliard d’articles de mode ont été vendus sur Zepeto. Certains créateurs indépendants peuvent même gagner leur vie uniquement grâce aux ventes qui y sont réalisées. Le Wall Street Journal évoque le cas d’un jeune coréen de 28 ans qui gagne en moyenne 8 500 dollars par mois grâce à ses ventes.

Malgré tout, Zepeto reste un petit parmi les grands. À titre de comparaison, Roblox, l’un des métavers les plus connus et populaires, revendique pour sa part 47 millions d’utilisateurs actifs par jour au troisième trimestre 2021. La plateforme sud-coréenne est aussi peu utilisée en Europe, puisque la plupart de ses utilisateurs viennent de Corée du Sud, de Chine et d’Indonésie, et quelques-uns des États-Unis, du Brésil, ou encore du Japon. Sur les 2 millions d’utilisateurs, 70% seraient des femmes ayant entre 13 et 24 ans, d’après Naver. Cela constitue une petite particularité dans le secteur des univers numériques, largement dominé par des hommes. Ce chiffre illustre aussi le pouvoir qu’ont les métavers, pour attirer un public divers et varié, et créer de nouveaux marchés.

« Nous sommes probablement le plus grand marché de mode virtuelle au monde », a déclaré Rudy Lee, directeur de la stratégie chez Naver, auprès du Wall Street Journal. « Nous pensons que le métavers a le potentiel d'être la prochaine évolution d'Internet », a déclaré Greg Moon, associé directeur chez SoftBank Investment Advisers, rapporte le média américain.

Zepeto a déjà conclu plusieurs partenariats avec des marques de luxe, comme Gucci, qui propose un univers et des produits numériques à vendre. Image : Gucci.

SoftBank se lance dans la course mondiale au métavers

Une multitude d’entreprises se lancent dans le métavers ces derniers temps, et investissent des milliards de dollars. Meta a profité de la Facebook Connect 2021 pour présenter sa vision et les projets engagés en la matière. Microsoft n’est pas en reste, avec le lancement de Mesh, qui vise à proposer un monde virtuel destiné à la collaboration en ligne. Roblox investit aussi énormément pour développer ses univers numériques. Toutefois, ces mondes virtuels ne sont réservés qu’aux seuls géants technologiques ou du jeu vidéo. De nombreuses marques et organisations investissent aussi le secteur, comme Nike avec Nikeland dans Roblox, Niantic qui a levé 300 millions de dollars pour créer un « métavers du monde réel », ou même la ville de Séoul.

Pour se développer, Zepeto va probablement devoir diversifier son métavers, en proposant de nouveaux contenus, à l’image de certains concurrents. Elle compte pour cela sur les développeurs, qui disposent depuis peu de nouveaux outils pour y créer des jeux et des contenus inédits. Les métavers n’en sont qu’à leurs débuts, et ne seront pas réellement développés avant 5 à 10 ans. Beaucoup de choses restent encore à établir, ne serait-ce que sur la définition de ce que signifie réellement ce terme.

L’investissement de SoftBank valorise Zepeto à plus d’un milliard de dollars, alors que la plateforme n’a été lancée qu’en 2018. Cette incursion dans le métavers représente la deuxième en l’espace de quelques semaines. La banque a auparavant injecté 93 millions de dollars dans The Sandbox, plateforme de jeu en ligne hongkongaise. Des investissements qui peuvent étonner, alors que SoftBank a enregistré 3,5 milliards de dollars de pertes au troisième trimestre 2021.