Le National Transportation Safety Board (NTSB), soit le conseil national de la sécurité des transports, a publié son premier rapport concernant l’accident mortel de la Tesla Model S de 2019 qui a tué deux hommes au Texas en avril dernier. D’après l’agence, non seulement l’Autopilot n’était pas activé, mais un des deux hommes était au volant de la voiture.

Un homme était finalement au volant de la Tesla

L’affaire du crash mortel en Tesla prend un nouveau tournant. Les vidéos des caméras de sécurité de la maison du propriétaire prouvent qu’il y avait bel et bien quelqu’un au volant. Au moment de l’accident, la police avait pourtant assuré qu’il n’y avait pas de conducteur, ce qui avait remis en cause la fiabilité de l’Autopilot de Tesla. Des ingénieurs du magazine Consumer Reports avaient même prouvé à quel point il était facile d’activer le logiciel embarqué des véhicules de la firme, et ce, grâce à une simple manipulation.

Cependant, Elon Musk avait défendu fermement le système de ses voitures Tesla. Sur Twitter, le PDG avait assuré que le Full Self-Driving, la partie autonome de l’Autopilot, n’avait pas été acheté pour ce véhicule. “De plus, l'Autopilot standard nécessiterait des lignes de voies pour s'activer, et cette route en était dépourvue”, avait-il déclaré.

photo de l'accident de tesla survenu au texas

La responsabilité de l'Autopilot a été écartée dans l'accident mortel en Tesla. Image : Matt Dougherty / Twitter

Le régulateur de vitesse (Traffic Aware) et l'Autosteer, la fonction qui permet de rester automatiquement dans une voie de circulation, doivent tous les deux être activés pour que le pilote automatique fonctionne. Dans une reconstitution utilisant une Tesla similaire, le NTSB a constaté que l'Autosteer n'était pas utilisable sur cette partie de la route, ce qui signifie que l’Autopilot n’aurait pas pu être activé.

Même si Elon Musk exagérerait les capacités de son logiciel de conduite autonome, il n’empêche que ses propos sur l’accident ont été confirmés par les enquêteurs du NTSB. En revanche, ni l’agence ni la police ne sont encore parvenues à une conclusion définitive sur la cause. L’enquête se poursuivra donc, et se focalisera sur le port de la ceinture de sécurité, la dynamique de collision, mais aussi les résultats des analyses toxicologiques post-mortem.