Selon Axios, Uber serait donc sur le point de revendre Uber Elevate, sa division de taxis volants. La vente pourrait être confirmée dans les prochaines semaines. L’acheteur s’appellerait Joby Aviation, une startup qui a déjà accepté de s’associer à Uber il y a quelques mois, dans le cadre du projet Elevate à New York.

Bientôt la fin d’Uber Elevate ?

Uber fait le choix de la raison : le marché des taxis volants n’est pour le moment pas mature et le géant américain ne peut plus se permettre de tester et d’innover sur tous les marchés, notamment sur ceux qui ne sont pas rentables. La démocratisation des taxis volants ne se fera certainement pas avant plusieurs années, alors Uber préfère abandonner. L’entreprise cherche à se délester des parties de son activité qui sont déficitaires. En 2021, l’objectif est clairement de viser la rentabilité.

Toujours selon Axios, l’entreprise serait également en train de songer à la vente de sa division de véhicules autonomes. Cela serait un coup dur pour Uber. L’entreprise est déjà particulièrement bien positionnée, mais le problème est le même que pour les taxis volants : le marché n’est pas rentable. Uber avait pourtant de grandes ambitions avec Elevate. En 2016, l’entreprise affirmait qu’un trajet de deux heures et 12 minutes pour aller de San Francisco à San Jose en voiture, pourrait ne prendre qu’un quart d’heure en taxi volant.

Uber semblait pourtant bien avancé sur le marché des taxis volants. L’entreprise avait même déjà choisi sa troisième ville test en 2019 : Melbourne. Des plans très ambitieux, et peut-être même condamnés dès le départ. Uber s’appuyait sur une technologie, celle de l’aviation électrique. Une technologie trop récente, jamais testée d’un point de vue commercial. Sa mise en œuvre sera extrêmement coûteuse car elle nécessite la construction d’un vaste réseau « d’aéroports électriques » sur les toits des villes ou au sol. Un tel projet nécessite surtout l’approbation réglementaire d’une multitude d’agences fédérales, étatiques et locales.

Joby Aviation veut s’emparer du marché

Joby Aviation s’intéresse néanmoins à Elevate pour plusieurs raisons. L’entreprise de transport aérien a prévu de s’associer à la société aérospatiale de Californie du Nord, qui travaille sur des avions électriques depuis plus de dix ans. En 2018, Joby Aviation a levé 100 millions de dollars auprès d’Intel, de Toyota et de JetBlue. Cette levée a permis de financer la construction d’un prototype de taxi volant.

La force de cette entreprise est d’avoir su garder une grande partie de son projet secret. Avec le rachat de la division Elevate d’Uber, Joby Aviation peut s’emparer du marché et faire de l’ombre à Volocopter, une entreprise allemande particulièrement bien avancée sur le sujet ayant même obtenu l’approbation de l’Union européenne pour tester ses taxis volants. Difficile de dire si de tels véhicules permettront réellement de désengorger nos villes ou s’ils seront simplement un moyen pour pour les super-riches d’éviter les embouteillages