C’est une grande nouvelle pour les constructeurs de taxis volants (encore plus pour Volocopter). L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) vient d’accorder pour la toute première fois, l’agrément d’organisme de conception (DOA) à Volocopter.

Volocopter obtient le feu vert de l’Union européenne

Cette fois-ci c’est plus vrai que jamais : l’entreprise allemande a un coup d’avance sur ses concurrents. Avec l’obtention de cet agrément d’organisme de conception, Volocopter va pouvoir construire ses taxis volants, à des fins commerciales. Jusqu’à présent, l’entreprise n’avait réalisé que quelques vols, en guise d’essais à Helsinki, Singapour ou encore à Dubai. Concrètement, cela signifie que l’Union européenne reconnaît que les processus mis en place par Volocopter pour développer et construire ses taxis volants sont d’un niveau suffisamment élevé.

On peut dire que Volocopter a mis toutes les chances de son côté pour obtenir cet agrément. En effet, en septembre, l’entreprise allemande prouvait que son taxi était compatible avec le reste du trafic aérien en testant son engin volant directement sur l’aéroport d’Helsinki. Pour espérer un jour être commercialisés et pouvoir transporter des passagers dans les grandes villes du monde, les fabricants de taxis aériens devront composer avec le système aérien existant. Volocopter l’a parfaitement compris et c’est justement pour cette raison que cette série de tests avait lieu à Helsinki. Pari gagnant !

Des taxis volants en 2023 dans nos villes

À ce jour, près de 70 entreprises à travers le monde développent leur propre prototype de taxi volant. Avec cet agrément, Volocopter se positionne en tête du peloton. L’entreprise allemande a également annoncé son intention de produire dès cette année, une “version cargo” de son taxi volant, conçue pour le transport de marchandises. Ce n’est pas tout, un partenariat avec John Deere est en train d’être mis en place, pour tester de nouvelles techniques agricoles. Évidemment le transport de personnes en milieu urbain reste la priorité de Volocopter.

L’entreprise pourra compter sur un financement privé de 50 millions d’euros pour l’aider à atteindre ses objectifs. À ce propos, les plans de l’entreprise sont désormais très clairs : les taxis volants feront partie de notre quotidien dès 2023. En milieu urbain ils devront permettre de fluidifier le trafic. Une majorité des grandes villes mondiales les attendent avec impatience. On peut penser que ce feu vert de l’Union européenne ouvrira rapidement de nouvelles portes à Volocopter.