La startup allemande Volocopter testera son eVTOL VoloCity en juin 2021 à l’aérodrome de Pontoise, à 25 km au nord-ouest de la capitale française. La région Ile-de-France ainsi que le groupe aéroport de Paris, la RATP et Choose Paris ont l’ambition d’attirer plus d’entreprises du secteur aéronautique.

La région Ile-de-France doit être « un lieu où s’invente le futur et l’aéronautique de demain », affirme Valérie Pécresse, la présidente de la région. Cette dernière a annoncé, avec les partenaires parisiens, le lancement d’une filière de mobilité aérienne urbaine avec comme objectif final : avoir des démonstrations de ces engins lors des Jeux Olympiques de 2024.

Le taxi volant est compatible avec le trafic aérien

La start-up allemande Volocopter a dévoilé son premier taxi volant commercial, nommé VoloCity, le 21 août 2019. La société a pris une longueur d’avance depuis. Ayant en tête le grand marché asiatique, elle s’est associée avec Grab, l’équivalent d’Uber en Asie du sud-est, avec comme objectif la création d’un réseau de taxis volants dans les grandes villes du continent. L’entreprise allemande a également un coup d’avance puisqu’elle a reçu le feu vert de l’Union européenne. Avec des séries de tests à l’aéroport de Helsinki, elle a prouvé que son taxi volant est compatible avec le reste du trafic aérien.

Deux ans après le dévoilement du premier taxi volant commercial, il sera testé à Pontoise, en région parisienne. Le directeur exécutif du groupe ADP, Edward Arkwright, évoque les avantages de Pontoise comme étant « une zone péri-urbaine avec des riverains d’un côté de l’aérodrome mais pas de l’autre ». La présence de deux tours de contrôle, de pompiers et d’autres usagers du ciel fait de cette zone un endroit de test par excellence, ayant les atouts du fonctionnement d’un aéroport. Le groupe ADP espère accueillir d’autres protagonistes en plus de Volocopter.

L’urgence sanitaire oblige à se ré-inventer

L’urgence sanitaire actuelle oblige à inventer « des ponts multimodaux entre les aéroports et les gares, des usages d’affaires avec des couloirs de transport d’un pôle tertiaire à un pôle industriel, des usages plus touristiques et des usages de désenclavement du territoire », décrit Catherine Guillouard, PDG du groupe RATP. Les partenaires de la région Ile-de-France lancent un appel à manifestation d’intérêt international à toutes les entreprises souhaitant faire partie de ce partenariat. Pour ce faire, une entreprise peut déposer son dossier dans les catégories suivantes : véhicules, infrastructures, intégration dans l’espace aérien et de l’acceptabilité (instituts d’étude).

Volocopter prend de l’avance sur Uber

Une demande de certification de la VoloCity, dont la procédure durera deux ans, a été déposée auprès de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA). Ce taxi volant allemand prend de l’avance sur Uber, qui aura lui-même ses taxis volants produits par la firme coréenne Hyundai d’ici 2023. Les constructeurs devront mettre en place des mesures de sécurité en collaborant avec les autorités respectives. Autour de 70 entreprises travaillent leur prototype de taxis volants. D’ici quelques années, il ne serait pas étonnant que les gens aillent au travail en taxi volant.