Si vous ne connaissez pas encore l’US Space Force, c’est normal. Il s’agit d’une nouvelle branche de l’armée américaine dédiée à l’espace. À l’aide de sa fusée Falcon 9, SpaceX vient de réussir le lancement d’un satellite dernière génération, baptisé GPS III, pour le compte de l’US Space Force.

Un satellite GPS III dernière génération

En 2018, SpaceX avait déjà aidé l’armée américaine à lancer un satellite GPS III en orbite. Il s’agit d’un véritable bijou de technologie plus performant que ses prédécesseurs. Le satellite GPS III offre une précision trois fois supérieure. Ces satellites doivent permettre, entre autres, d’améliorer la géolocalisation sur Terre. Ce dernier lancement s’est fait avec une fusée Falcon 9 toute neuve, fraîchement sortie des usines de SpaceX.

Un engin réutilisable, qui doit revenir sur Terre et servir de pour de prochains lancements. C’est une bonne nouvelle pour SpaceX. Contrairement au lancement de 2018, l’entreprise ne perdra pas sa fusée. Le lanceur doit atterrir sur un port flottant en mer. Ce booster sera ensuite remis à neuf et utilisé à nouveau pour les futures missions de la Falcon 9.

L’US Space Force a conçu un satellite avec un potentiel incroyable et une plus grande sécurité. Il a la capacité de toucher jusqu’à 4 milliards de personnes dans le monde, d’après un responsable de la branche espace de l’armée américaine. Il entrera sur une orbite géosynchrone et travaillera avec d’autres satellites GPS III déjà présents en orbite, ainsi qu’avec d’autres satellites GPS de génération antérieure également exploités par les États-Unis. Au passage notons que l’US Army a également signé un partenariat avec SpaceX pour tester son réseau de satellites Starlink.

La guerre des satellites est lancée

Les satellites sont au cœur d’une bataille qui se joue depuis quelques années. SpaceX est en train de placer sa propre flotte en orbite avec Starlink, tandis que la Chine lançait il y a quelques jours le dernier satellite du système Beidou, semblable au GPS des américains. En Europe, Thierry Breton estime que l’Union européenne doit également se repositionner dans la course à l’espace. Il a justement décidé d’accélérer le calendrier de lancement de plusieurs satellites. Le commissaire européen déclarait à ce propos que :

“L’espace est l’un des points forts de l’Europe, et nous nous donnons les moyens d’accélérer. SpaceX a redéfini les normes applicables aux fusées. Le travail sur Ariane 6 est donc une étape nécessaire, mais pas l’objectif ultime : nous devons commencer à penser dès maintenant à Ariane 7”.