Après la NASA, SpaceX signe finalement avec l’armée américaine (US Army). Cette fois-ci, comme l’explique SpaceNews, c’est pour tester son réseau de satellites Starlink. L’armée américaine vient de signer un accord avec la société d’Elon Musk pour tester ce nouveau réseau de satellites pendant trois années afin d’évaluer son utilité dans un cadre de défense.

Pourquoi l’US Army s’intéresse-t-elle de près aux satellites de SpaceX ?

Pour rappel, le projet Starlink de SpaceX consiste à déployer des satellites en orbite terrestre pour délivrer une connexion Internet mondiale à l’ensemble de la population. En tout, Elon Musk aimerait déployer jusqu’à 42 000 satellites. Il veut inonder le monde avec une connexion Internet haut débit. À ce jour la constellation de Starlink compte déjà 420 satellites. Le dernier lancement a eu lieu en avril 2020.

L’armée américaine cherche à savoir dans quelle mesure un tel réseau de satellites pourrait lui être utile. Si le service proposé par SpaceX fonctionne bien, l’US Army estime que cette solution pourrait répondre à un grand nombre des défis auxquels l’armée est confrontée en matière de connectivité, quel que soit l’endroit où elle opère. On connaît toute la complexité pour les forces militaires de trouver une connexion fiable sur des terrais reculés, en Afrique ou au Moyen-Orient par exemple.

Comment Starlink peut faire la différence ?

En revanche, le modèle développé par Starlink pourrait ne pas correspondre totalement aux besoins de l’US Army. Les satellites sont aujourd’hui dépendants de stations au sol. C’est provisoire, mais l’armée américaine estime que cela devra évoluer si la collaboration entre les deux entités est amenée à perdurer. L’US Army ne cache pas son enthousiasme à travailler avec SpaceX et ses ambitions de toujours garder une longueur d’avance sur les autres forces militaires du monde.

La force du réseau Starlink se trouve notamment dans sa faible latence. À ce propos, Elon Musk expliquait récemment que ses satellites pourraient se prêter parfaitement au domaine de l’e-sport. Avec une latence inférieure à 20 millisecondes, Musk assure que :

« Starlink offrira une très bonne expérience aux personnes qui vivent dans des zones reculées, car la latence sera très faible. En effet, nous visons une latence inférieure à 20 millisecondes, afin que n’importe qui puisse jouer à un jeu vidéo en ligne, à un niveau compétitif, comme si c’était le seuil de la latence ».